L'inégalité des Romands face à l'impôt

Comme le montre notre tableau sur les impôts cantonaux et communaux, les villes ont la main plus ou moins lourde. Sion choie les familles riches, Lausanne est dure avec la classe moyenne.

La carte représente les villes les plus imposées (rose foncé) aux villes les moins imposées (vert foncé)

La carte représente les villes les plus imposées (rose foncé) aux villes les moins imposées (vert foncé)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’enfer fiscal des grandes villes de Suisse romande se trouve à Neuchâtel. Genève en revanche a une fiscalité douce pour les bas revenus et la classe moyenne. Lausanne tape dur sur les couples de rentiers pauvres ou millionnaires. Sion ménage les familles riches et les millionnaires. Quant à Fribourg et à Delémont, elles sont un peu le ventre mou de la fiscalité avec un profil peu clair et pas très avantageux.


Découvrez où se trouve votre paradis fiscal grâce à notre carte interactive


Voilà en résumé ce qu’il ressort de notre comparatif entre toutes les grandes villes de Suisse romande et un échantillon de villes alémaniques. Le tableau se base sur les données officielles dévoilées récemment par la Confédération. Que faut-il déduire de cette salade de chiffres? Voici les principaux enseignements.

Genève joue à Robin des Bois

Genève applique la politique de Robin des Bois. Elle rançonne les riches pour donner aux pauvres. La ville a une fiscalité très élevée pour les millionnaires, notamment s’ils vivent seuls. En revanche, elle fait des fleurs aux bas revenus, et particulièrement aux rentiers AVS. Genève a aussi une fiscalité très douce envers la classe moyenne basse ou supérieure. Elle se classe première en Suisse romande. Le revers de la médaille? Pour profiter de tous ces avantages, encore faut-il y trouver un logement décent et pas trop cher. Ce qui, sans piston, tient de la mission quasi impossible.

Lausanne chère pour la classe moyenne

Comme Genève, Lausanne cogne les millionnaires. Mais elle ne redistribue pas vraiment l’argent aux plus pauvres. Elle est très chère pour les rentiers à bas revenu. Seule exception: elle se classe première pour les familles modestes en leur demandant seulement 12 francs par année. Le point noir pour Lausanne, c’est la classe moyenne. Comparée à Genève, elle doit fortement cracher au bassinet de l’impôt. Lausanne et le canton de Vaud se consoleront en pointant l’importante dette des cigales genevoises.

Neuchâtel, l’épouvantail fiscal

Le Conseil d’État de Neuchâtel le chante sur tous les tons dès qu’il croise un journaliste: «Nous voulons attirer plus de contribuables dans le canton pour améliorer nos recettes!» Eh bien, ce n’est pas gagné comme on peut le voir sur notre tableau avec la ville de Neuchâtel. Elle fait figure d’épouvantail fiscal pour l’écrasante majorité des contribuables, pauvres ou aisés. Seuls les millionnaires sont épargnés. Le Jura et sa capitale, Delémont, ont une fiscalité un peu moins lourde que Neuchâtel. Et Delémont est même parfois plus avantageuse que Lausanne. Quant à Fribourg, le canton ne sort absolument pas du lot. Il est plutôt cher mais sans excès.

Sion cajole les millionnaires

Pas de politique à la Robin des Bois à Sion. On y cajole tous les millionnaires en espérant que leur argent ruisselle dans l’économie locale. Sion ne néglige pas pour autant la classe moyenne. La ville rivalise même avec Genève en matière de fiscalité douce. Ces deux cantons forment d’ailleurs l’exception romande comme on le voit sur nos cartes suisses ci-contre. La Suisse francophone est en effet très rouge par rapport à la Suisse germanophone et italophone. Dans le duel qui oppose les deux plus grands cantons de Suisse, la capitale économique, Zurich, enfonce la capitale politique, Berne, au niveau de la compétitivité fiscale.

Le nirvana fiscal se trouve à Zoug

Vous avez envie de payer moins d’impôts? Vraiment moins d’impôts? Alors apprenez le suisse allemand et déménagez à Zoug. C’est le nirvana en Suisse. Les impôts y sont deux fois, dix fois voire 500 fois moins hauts qu’ailleurs selon les types de contribuables. Prenons un couple de la classe moyenne supérieure (150 000 francs) avec deux enfants. Il paiera près de 20 000 francs d’impôt par année à Neuchâtel, plus de 17 000 francs à Lausanne et seulement… 3233 francs à Zoug. La capitale de la «Crypto Valley», et sa pépinière de multimillionnaires, permet à l’État de bien vivre sans avoir la main lourde. Les pauvres en profitent aussi. Une famille avec deux enfants et un revenu de 50 000 francs ne paiera pas un centime d’impôt. À ceux qui pestent contre les «richards» de Zoug, rappelons que tout le monde en profite un peu. Zoug est le canton qui verse le plus par habitant dans le pot commun confédéral. Il subventionne notamment le Valais, Neuchâtel, Fribourg et le Jura.


Tableaux comparatifs

Créé: 10.08.2019, 23h00

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.