L’allergie au gluten passe souvent inaperçue

AlimentationAppelée maladie cœliaque, cette allergie est bien connue du monde médical. Pourtant, ses symptômes variés, voire inexistants, rendent le diagnostic difficile.

Le gluten se retrouve dans de nombreux produits alimentaires, notamment dans les pâtes au blé dur. Parmi les céréales sans gluten, on trouve le riz, le maïs, le sarrasin, le quinoa, 
le millet, le soja, le sorgho, le fonio, l’amarante et le teff.

Le gluten se retrouve dans de nombreux produits alimentaires, notamment dans les pâtes au blé dur. Parmi les céréales sans gluten, on trouve le riz, le maïs, le sarrasin, le quinoa, le millet, le soja, le sorgho, le fonio, l’amarante et le teff. Image: Claudio Rampinini/Alamy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le pain mais aussi les pâtes, les sauces, les pâtisseries… le gluten est partout. Les produits «sans», eux aussi, se multiplient sur les étals de nos supermarchés. Manger «gluten free» est devenu une forme d’hygiène de vie pour certains, voire un phénomène de mode. Pour d’autres, ceux qui souffrent d’une maladie cœliaque, soit environ 0,6% de la population, c’est une obligation absolue. Le problème, c’est que certaines personnes qui en sont atteintes l’ignorent. Les symptômes sont très variés et ne se manifestent pas toujours sur le plan digestif. La maladie peut donc évoluer en silence pendant des années.

Parfois confondue avec une «intolérance au gluten» – une forme moins prononcée de problèmes liés au gluten – la maladie cœliaque est une véritable allergie. Elle résulte d’une activation inappropriée du système immunitaire. Lorsque l’organisme entre en contact avec du gluten, les lymphocytes, des cellules inflammatoires, sont activés. En s’accumulant dans la paroi intestinale, ils finissent par provoquer une altération de la muqueuse.

Contrairement à l’allergie à la farine, la maladie cœliaque ne provoque pas forcément de symptômes immédiats. C’est surtout au fil du temps qu’elle devient dangereuse. Plus la muqueuse intestinale se détruit, moins les nutriments nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme (par exemple, le fer, le calcium, etc.) sont absorbés. Les personnes souffrent alors d’importantes carences. L’inflammation chronique de l’intestin augmente aussi le risque de développer des tumeurs. Pour éviter ces effets néfastes, une seule solution: se soumettre à un strict régime sans gluten.

Des symptômes très variés

Avant de prendre des mesures aussi drastiques, encore faut-il poser un diagnostic. Dans l’imaginaire collectif, la maladie cœliaque se repère chez les petits enfants qui perdent du poids et ont le ventre gonflé. Pourtant, la maladie peut se déclarer à tout âge. «En réalité, cette forme dite «typique» ne se manifeste que chez 20% des patients atteints de maladie cœliaque, relève le Pr Jean-Louis Frossard, médecin-chef du Service de gastro-entérologie aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Les autres symptômes sont extrêmement variés.» Manque de fer, ostéoporose, douleurs dans les nerfs ou même fausses couches à répétition: les signes ne sont pas forcément liés à la zone digestive.

Chez certaines personnes, il peut même y avoir une absence presque totale de symptômes. Dans ce cas, pas facile de faire le lien entre des troubles ressentis et le gluten. Le problème, c’est que si pendant ce temps la personne continue d’en ingérer, la muqueuse intestinale se dégrade sans cesse.

Envisager un dépistage

En cas de doute, plusieurs outils existent pour poser le diagnostic. Premièrement, la recherche d’anticorps dans le sang. Si le résultat est positif, c’est le signe que le système immunitaire réagit au gluten. Pourtant, ce test ne suffit pas. Il doit être confirmé par une biopsie intestinale. Un petit morceau de la muqueuse est prélevé afin de repérer une éventuelle altération. «Environ 3% de la population globale a des anticorps présents dans la prise de sang, détaille le Pr Frossard. Pourtant, une atteinte de la muqueuse n’est observée que chez la moitié d’entre eux. Chez ces personnes, la maladie cœliaque est confirmée. Chez les autres, on ne sait pas encore très bien s’il y a ou non un risque aggravé de la déclarer plus tard.»

Mais quand il n’y a aucun symptôme, un dépistage n’est généralement pas envisagé. Faudrait-il donc tester systématiquement toute la population? «Certainement pas, répond l’expert. Cela représenterait des coûts importants et exposerait les patients aux limites du test sanguin, c’est-à-dire à des cas de faux positifs. En revanche, il est important d’effectuer des dépistages ciblés chez les personnes à risque.»

Parmi elles, les individus déjà touchés par une autre maladie immunitaire, tel le diabète de type 1, ou les proches au premier degré d’une personne avec une maladie cœliaque avérée. Nicoletta Bianchi, diététicienne cheffe adjointe au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), est du même avis.

«Lorsque nous voyons un enfant cœliaque en consultation, nous essayons de mettre la puce à l’oreille des parents et de les encourager à aller se faire tester en cas de doute.»

Nicoletta Bianchi, diététicienne cheffe adjointe au CHUV

Attention, toutefois, à ne pas se fier aveuglément aux autotests d’anticorps disponibles en pharmacie et dans certaines grandes surfaces. «Il faudrait toujours être accompagné pour effectuer ce type d’analyse, estime Nicoletta Bianchi. D’une part parce que les résultats peuvent être erronés et d’autre part car une confirmation du diagnostic, mais surtout un suivi et des conseils sont nécessaires en cas de résultat positif.»

Un régime strict

Arrêter de manger du gluten du jour au lendemain sans avis médical n’est pas recommandé. Il s’agit d’un très gros changement dans les habitudes de vie. Une personne non cœliaque n’a donc pas d’intérêt à se soumettre à un régime aussi sévère. Il faut notamment veiller à éviter les carences.

«En éliminant totalement le gluten, il existe un risque de manquer de fibres. Il faut donc compenser avec d’autres aliments qui en contiennent, comme les légumineuses.»

Nicoletta Bianchi

De plus, suivre un régime strict est compliqué. Le gluten se cache dans beaucoup d’aliments, notamment ceux qui sont transformés. Au restaurant, difficile de faire sans. «50% des personnes cœliaques diagnostiquées à l’âge adulte ne suivent pas entièrement leur régime», explique la spécialiste. Pourtant, même les plus petites quantités de gluten devraient être évitées. Par conséquent, une éducation thérapeutique est nécessaire.

À noter que de manière générale, la maladie cœliaque est rencontrée de plus en plus fréquemment dans la population. Plusieurs hypothèses expliquent ce phénomène. Le diagnostic, d’abord, a évolué et s’est affiné: davantage de formes silencieuses sont découvertes. Puis le «panier de la ménagère» s’est modifié au fil des années. Nous mangeons sensiblement plus d’aliments contenant du gluten qu’il y a cent ans. Conséquence de cette surexposition: la sensibilité augmente.


Le gluten, c’est quoi au fait?

Contrairement aux idées reçues, toutes les céréales ne contiennent pas de gluten proprement dit. Il s’agit d’un mélange de protéines qu’on trouve dans les farines de céréales comme le blé, le seigle, l’épeautre, l’orge et le kamut. C’est une matière légèrement visqueuse, qui sert de liant et apporte de l’élasticité au pain. Les pâtes riches en gluten sont donc celles qui ont tendance à lever le plus facilement. Difficile, par exemple, d’obtenir des viennoiseries croustillantes sans gluten!

Créé: 29.11.2019, 16h52

Allergie, intolérance ou hypersensibilité?

Il existe un certain nombre de pathologies en lien avec le gluten. Une confusion règne souvent dans le grand public. Quelques définitions pour y voir plus clair.

La maladie cœliaque est une réaction du système immunitaire. Au contact du gluten, un processus se déclenche au sein des cellules de la muqueuse intestinale et provoque la destruction de la structure cellulaire. La muqueuse est habituellement pourvue de villosités, des sortes de petites bosses. En cas de maladie cœliaque, l’inflammation détruit les villosités jusqu’à ce que la muqueuse devienne toute plate.

Seul traitement efficace: un régime strict sans gluten. Après quelques mois d’éviction, la muqueuse commence à se régénérer. Mais si la personne recommence à ingérer du gluten, le processus inflammatoire s’enclenche à nouveau.

L’allergie à la farine est une allergie alimentaire au contact des poussières de farine (et non pas au gluten). Elle provoque en général des symptômes immédiats, comme une rhinite, de l’asthme, une conjonctivite voire de l’eczéma.

La sensibilité non cœliaque au gluten, parfois appelée intolérance au gluten, concerne des personnes qui ressentent des symptômes après avoir mangé du gluten, mais ne développent pas d’anticorps. Cela signifie qu’il n’y a pas de réaction du système immunitaire. Toutefois, la gêne est bien réelle. Pour s’assurer que le gluten est en cause, l’un des seuls moyens diagnostics est de suivre, sur conseil médical, un régime riche en gluten pendant quelque temps. Si les symptômes s’aggravent, c’est probablement une sensibilité non cœliaque.

Il est alors conseillé de réduire sa consommation de gluten, sans toutefois être soumis à un régime aussi strict qu’une personne atteinte de maladie cœliaque.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

«J’ai été diagnostiqué grâce à ma fille»

Alexandre a 42 ans lorsqu’il accompagne sa fille de 15 mois chez le médecin. Depuis quelque temps, la petite fille souffre de problèmes digestifs qui inquiètent ses parents. Très rapidement, les médecins découvrent une maladie cœliaque. Comme la pathologie peut avoir une composante génétique, le corps médical encourage Alexandre et sa femme à faire un dépistage. Il effectue d’abord un test sanguin, dont les résultats reviennent positifs. Il subit ensuite une biopsie de la muqueuse intestinale et le verdict tombe: il est lui aussi atteint de maladie cœliaque.

«L’état de mon intestin montrait que j’avais sans doute cette pathologie depuis longtemps, raconte Alexandre. Mais je ne m’en étais jamais rendu compte.» En réfléchissant, il comprend toutefois que certains symptômes, comme un ventre gonflé ou des diarrhées, le poursuivent depuis l’enfance. Il souffre aussi régulièrement d’aphtes douloureux dans la bouche et d’une carence en fer. «Cela n’a pas été très difficile pour moi d’adopter un régime sans gluten, témoigne-t-il. Très vite, je me suis senti tellement mieux! C’était donc une immense motivation.»

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Toujours pas de vert au Conseil fédéral
Plus...