Passer au contenu principal

Lettre du jourDistribution de vivres à Genève

Keystone

Grand-Lancy, 17 mai

Je suis choquée, révoltée et triste. Comment est-il possible que dans l’une des villes les plus riches du monde, on assiste chaque samedi à des distributions de nourriture pour plus de 2000 personnes?

Une humiliation pour cette frange de population qui fait ainsi d’interminables queues au vu et au su de tout le monde.

Cette solution ne devrait pas durer. Elle a un accent d’assistanat qui me dérange.

Les politiques doivent mener une réflexion pour trouver des remèdes durables, car il y a également d’autres questions qui se posent (contrat de travail annulé, impossibilité de payer le loyer, assurances, soins médicaux, etc.).

Dans l’intervalle, les associations Colis du cœur, Partage et CSP ont complété le dispositif de distribution de sacs par l’envoi de bons alimentaires en fonction de la composition familiale, rendu possible grâce à des dons et à un soutien de la Loterie Romande dont le Conseil d’État a fait mention dans l’un de ses points de presse.

Enfin, le conseiller d’État Thierry Apothéloz a réuni les principaux acteurs de la distribution de nourriture pour qu’à la fin de mai, des solutions pérennes soient trouvées: décentralisation de la distribution, distribution de bons, contacts avec les associations sont les pistes actuellement envisagées.

Il y a urgence: le site des Vernets n’est bientôt plus disponible et le spectacle de ces files d’attente indignes doit cesser.

Espérons donc que le statut plus que précaire d’une grande partie de ces personnes s’améliore en s’inspirant de Papyrus. Le travail au noir devrait d’autre part être traqué et sanctionné avec force. Et l’élan de générosité et le bénévolat qui sont à relever pour la distribution de sacs de nourriture pourraient se convertir en cours de langue, en découvertes interculturelles, etc. Tout cela dans le sens d’une intégration en lieu et place de la discrimination dont souffre cette population!