Passer au contenu principal

Syrie Deuxième raid en 24h, neuf combattants pro-iraniens tués

Des frappes aériennes ont visé la banlieue de Boukamal dimanche, dans le nord de la Syrie. Selon l’OSDH, Israël serait «probablement» responsable de l’attaque.

Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes contre les forces de Damas. (Image d’illustration)
Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes contre les forces de Damas. (Image d’illustration)
AFP/Archives 

Au moins neuf combattants non syriens de milices soutenues par l'Iran ont été tués dimanche dans un raid aérien, le deuxième en 24 heures sur le nord-est de la Syrie, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Selon lui, Israël est «probablement responsable» de ces frappes

Au moins quinze victimes

Ces nouvelles frappes qui ont visé la banlieue de Boukamal, une ville limitrophe de l'Irak. Les victimes sont majoritairement des Irakiens, a-t-il précisé. Ce nouveau bilan porte à quinze le nombre de combattants pro-iraniens ayant péri dans des raids aériens depuis samedi soir, d'après l'OSDH.

Samedi, des raids similaires ont visé le village d'al-Abbas, également situé dans l'extrême-est syrien, tuant six combattants, dont quatre Syriens, selon l'OSDH qui avait alors également estimé qu'Israël en était l'auteur. L'Etat hébreu n'a pas commenté ces raids.

Raids rarement revendiqués

Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes contre les forces de Damas, mais aussi contre celles de l'Iran, du mouvement libanais Hezbollah et d'autres groupes pro-Téhéran.

Mardi soir, sept combattants loyalistes, dont deux soldats syriens, ont été tués dans des raids israéliens dans le sud et l'est de la Syrie, selon l'OSDH.

Israël reconnaît rarement avoir mené des attaques en Syrie, mais martèle souvent ne pas vouloir laisser ce pays tomber dans le giron de l'Iran. L'Etat hébreu accuse l'Iran de chercher à accroître sa présence militaire et son influence à sa frontière, en s'enracinant en Syrie.

ATS/NXP