Passer au contenu principal

Nuisances routièresDes Soraliens seront privés des normes antibruit

Un allègement des normes fédérales est prévu pour 27 adresses du village, dont celle du maire qui se rebiffe.

Soral réclame depuis des années la construction d’une route d’évitement afin de réduire les nuisances générées par le trafic pendulaire.
Soral réclame depuis des années la construction d’une route d’évitement afin de réduire les nuisances générées par le trafic pendulaire.
LUCIEN FORTUNATI

Dans la croisade menée à Soral contre les nuisances routières, c’est une nouvelle étape. L’État vient de mettre à l’enquête une série d’allègements aux normes fédérales antibruit, dans le cadre d’un projet d’assainissement du village. Les propriétaires de 27 adresses ont reçu un avis. En clair, l’État projette que leurs maisons deviennent des exceptions aux prescriptions fédérales car on ne parviendra pas à les protéger suffisamment du tapage.

Les adresses affectées s’alignent sur deux des quatre flancs du quadrilatère que forme le plan du village. Parmi elles, celle du maire qui a peu goûté la missive. «Il y était en plus écrit, apparemment par erreur, qu’une requête de démolition de ma maison est en cours d’instruction», raconte Raoul Florez. Au-delà de la faute de tact, le fond de l’affaire irrite l’élu. «L’État se couvre en s’allégeant de son devoir de faire respecter la norme antibruit, ce qui est anormal, juge-t-il. La Commune s’opposera, tout comme les propriétaires touchés qui sont déjà en train de s’organiser. Nous sommes prêts à aller au tribunal s’il le faut.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.