Passer au contenu principal

Conflit israélo-palestinienDes roquettes tirées depuis Gaza sur Israël, qui a répliqué

Selon les médias israéliens, les roquettes se sont abattues sur des zones non habitées dans le sud de l’État hébreu, sans faire de blessé.

Image prétexte.
Image prétexte.
AFP

L’armée israélienne a frappé dimanche matin des positions du mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza en représailles à des tirs de roquettes depuis cette enclave palestinienne vers Israël, selon des sources concordantes. L’armée israélienne a fait état dans la nuit de deux roquettes tirées depuis ce territoire palestinien vers Israël.

Peu après, des avions de combat, des hélicoptères et des chars ont «frappé» des positions du Hamas, a ajouté l’armée dans un message sur WhatsApp. «L’armée israélienne évalue actuellement la situation et reste prête à mener des actions décisives contre des opérations terroristes visant des civils ou violant la souveraineté israélienne», poursuit ce message.

À Gaza, des sources sécuritaires ont fait état de nombreuses frappes israéliennes dans la nuit dans les secteurs notamment de Khan Younès, Rafah, Beit Hanoun, sans mentionner de victimes. Les tirs de roquettes, qui n’ont pas été revendiqués pour l’heure, interviennent près d’un an jour pour jour après une opération ciblée israélienne contre Baha Abou al-Ata un commandant du Djihad islamique, deuxième groupe armé de la bande de Gaza après le Hamas.

Jeudi, le Djihad islamique avait tenu une parade militaire dans le centre de la ville de Gaza, chef-lieu de ce territoire palestinien éponyme, à la mémoire du commandant Abou al-Ata dont l’assassinat avait été suivi par un barrage de centaines de roquettes vers Israël. «Les brigades al-Quds (branche armée du Djihad islamique) sont celles qui vont déterminer le lieu et l’heure de la réponse à l’assassinat d’Abou al-Atta», avait déclaré jeudi lors de cette cérémonie un haut responsable du Djihad islamique.

De son côté, l’armée israélienne avait indiqué ces derniers jours être en état d’alerte le long de la bande de Gaza, territoire palestinien de deux millions d’habitants entouré d’une barrière de sécurité hypersécurisée le séparant d’Israël, en raison notamment de l’anniversaire de la mort du commandant Abou al-Ata.

AFP/NXP