Passer au contenu principal

Jazz avec souffletDes nouvelles sur le front de l’accordéon, ce mal-aimé

N’en déplaise aux détracteurs du piano à bretelles, l’instrument se porte à merveille. La preuve par trois.

L’accordéoniste Jean-Louis Matinier vient de sortir «Rivages», magnifique album en duo avec le guitariste Kevin Seddiki.
L’accordéoniste Jean-Louis Matinier vient de sortir «Rivages», magnifique album en duo avec le guitariste Kevin Seddiki.
DR

Les inévitables quolibets que s’attire l’accordéon relèvent d’a priori injustes si ce n’est d’une mentalité paresseuse… Même si Richard Galliano a su percer l’armure de l’indifférence, le combat est encore loin d’être gagné malgré la persévérance – et le talent – d’autres représentants de l’instrument qui se savent condamnés à l’excellence afin de se donner une chance de surmonter les préjugés. Parmi les nouveaux champions du soufflet, il y a assurément le Niçois Vincent Peirani. Celui qui fut un collaborateur régulier de la chanteuse Youn Sun Nah a déjà fait des étincelles avec son quintet Living Being ou en duo avec le non moins talentueux saxophoniste Émile Parisien.

Après avoir rénové la flamme d’un swing emprunté à Bechet sur l’album «Belle Époque» en 2014, les deux amis puisent désormais à la source du tango et des musiques latines dans «Abrazo», une «étreinte» dansante entre une tradition à la gravité ludique et ces modernes improvisateurs qu’on devrait entendre au JazzOnze+ Festival de Lausanne le 1er novembre. Un enregistrement plein de vigueur et de furie rythmique – le titre «Deus Xango» – mais ambré de passé, avec le mérite de ne pas emprunter les mêmes chemins que le grand Piazzolla.

L’actualité de Vincent Peirani ne serait pas complète sans mentionner son passage sur un album superbe, qui vient de sortir lui aussi chez ACT, du violoncelliste Matthieu Saglio, «El Camino de los vientos», qui invite aussi les percussions de Bijan Chemirani, la trompette de Nils Petter Molvaer et la guitare de Nguyen Lê. Dans les arabesques moirées de cet enregistrement migrant, l’accordéoniste participe aux langueurs de «Bolero Triste», un titre qui donne le ton d’un album à la mélancolie somptueuse.

Ces allées méditatives mènent tout droit à une autre production majestueuse: «Rivages», le récent duo entre l’accordéoniste Jean-Louis Matinier et le guitariste Kevin Seddiki, qui, dans ce registre, développe et étire une alliance sonore hypnotique alternant paysages en suspension et courses plus tempêtueuses. Comme il se doit chez ECM, le traitement est épuré, donne de l’ampleur aux résonances, mais laisse aussi de la place à de belles attaques de cordes ou de soufflet entre deux respirations contemplatives. La richesse de palette de l’accordéon y exprime de multiples splendeurs et devrait parvenir à intriguer même les plus sceptiques…

«Abrazo», Vincent Peirani et Émile Parisien, ACT. En concert di 1er novembre à Lausanne, JazzOnze+. www.jazzonzeplus.ch«El Camino de los vientos», Matthieu Saglio, ACT.«Rivages», Jean-Louis Matinier et Kevin Seddiki, ECM.