Passer au contenu principal

ChampelDes fratries scindées en deux écoles à la rentrée

Contrairement à ce qu’annonçait le Département de la cohésion sociale et de la solidarité, des familles verront certains de leurs enfants rester à Le-Corbusier et d’autres déplacés aux Crêts-de-Champel.

Les pavillons provisoires qui ont été aménagé à l’école Le-Corbusier, à Champel.
Les pavillons provisoires qui ont été aménagé à l’école Le-Corbusier, à Champel.
Lucien Fortunati

«Toutes les dispositions ont été prises pour minimiser les inconvénients sur l’organisation des familles. C’est ainsi que les fratries, par exemple, n’ont pas été séparées.» Ce discours rassurant, extrait d’un communiqué du Département de la cohésion sociale de la Ville de Genève, est malheureusement contredit par plusieurs témoignages. Pour rappel, des pavillons «provisoires» doivent être installés à l’école Le-Corbusier, à Champel, dans le but d’absorber les hausses d’effectifs (lire notre édition du 22 juin). Pendant quatre mois de travaux, quatre classes doivent être déplacées à l’école des Crêts-de-Champel, à 1,4 km de là. Un système de navettes de bus doit assurer le transport des élèves d’un point à l’autre, jusqu’à cinq fois par jour.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.