Passer au contenu principal

GenèveDes fêtards amendés pour non-respect des mesures sanitaires

Plusieurs personnes ont reçu une amende ce week-end pour n’avoir pas respecté le semi-confinement. Deux tiers des interventions ont eu lieu chez des particuliers qui faisaient la fête.

La police genevoise a dû intervenir une vingtaine de fois ce week-end pour des cas de non-respect des mesures sanitaires. (Photo d’illustration)
La police genevoise a dû intervenir une vingtaine de fois ce week-end pour des cas de non-respect des mesures sanitaires. (Photo d’illustration)
KEYSTONE

À Genève, plusieurs personnes ont été amendées pour n’avoir pas respecté le semi-confinement pendant le week-end. Sur la vingtaine d’interventions en lien avec cette problématique, deux tiers ont eu lieu chez des particuliers qui faisaient la fête.

«Alertée pour du bruit, la police a constaté que les personnes ne respectaient pas les mesures sanitaires», a indiqué dimanche à Keystone-ATS le porte-parole du Département de la sécurité, de l’emploi et de la santé (DSES) Laurent Paoliello. Le dernier tiers a concerné des attroupements sur la voie publique de plus de cinq personnes ou sans masque.

Établissements fermés

En une semaine, 17 établissements ont été fermés par la police. Il s’agit notamment de salons de massage, de restaurants et de magasins qui n’ont pas le droit d’être ouverts. Au total, 31 établissements ont dû fermer depuis le début du semi-confinement genevois le 2 novembre.

Depuis cette date, l’Office cantonal de l’inspection du travail a procédé à 2051 contrôles jusqu’à mercredi, jour où ses chiffres sont actualisés. Au total, 604 infractions ont été observées, dont 26 la semaine écoulée, tous secteurs confondus.

«Après l’information, la dissuasion, sous la forme de contrôles réguliers, a l’air de porter ses fruits. Il y a moins de problèmes dans le monde professionnel que dans les cercles privés», a relevé le porte-parole.

«Se faire tester»

Signe que les mesures sanitaires fonctionnent, le nombre de malades du Covid-19 actif hospitalisés continue de baisser. Dimanche à midi, ils étaient 461 aux Hôpitaux universitaires de Genève et dans les cliniques genevoises, contre 639 il y a une semaine.

«Tout va se jouer maintenant. Si les gens continuent de jouer le jeu et qu’on arrive à environ 200 nouveaux cas par jour, un assouplissement lent des mesures sanitaires sera possible», a précisé Laurent Paoliello. Et de rappeler qu’il faut se faire tester au moindre symptôme.

ATS/NXP