Passer au contenu principal

Ouest lausannoisDes enfants font une expérience de simulation de la vie sur Mars

Une quinzaine d’élèves d’une école privée d’Écublens participent à la Mission Vivalys, qui vise à les familiariser aux conditions de la vie sur la planète rouge. Ils ont suivi un entraînement de neuf mois afin d’acquérir de nouvelles connaissances.

Le test grandeur nature d’occupation d’une base spatiale sur Mars a débuté mercredi et devait se poursuivre jusqu’à vendredi pour une quinzaine d’élèves.
Le test grandeur nature d’occupation d’une base spatiale sur Mars a débuté mercredi et devait se poursuivre jusqu’à vendredi pour une quinzaine d’élèves.
Keystone/Laurent Gillieron
Les élèves ont symboliquement planté un drapeau suisse à l’endroit de leur mission simulée sur Mars.
Les élèves ont symboliquement planté un drapeau suisse à l’endroit de leur mission simulée sur Mars.
Keystone/Laurent Gillieron
Les astronautes en herbe ont fait de multiples expériences de jardinage martien.
Les astronautes en herbe ont fait de multiples expériences de jardinage martien.
Keystone/Laurent Gillieron
1 / 4

Objectif Mars: après plus de neuf mois d’entraînement intensif, la Mission Vivalys a pu décoller sur les hauts de Lausanne. Tel est le projet original auquel des enfants d’une école primaire ont pu participer en faisant l’expérience de simulation de la vie sur Mars.

Ce test grandeur nature d’occupation d’une base spatiale sur Mars a débuté mercredi et devait se poursuivre jusqu’à vendredi pour la quinzaine d’élèves de 4P (7-8 ans) d’une école privée d’Écublens. Depuis la rentrée scolaire 2020-2021, ils ont suivi un entraînement spécifique afin d’acquérir de nouvelles connaissances notamment en mathématiques, en physique, en botanique et en sciences humaines.

«Ce projet s’inscrit d’ailleurs dans les programmes de sciences, de mathématiques et de français», explique à Keystone-ATS Olivier Delamadeleine, directeur du groupe Educalis. «Cette expérience fait écho à notre volonté de proposer une pédagogie opérative et itérative où les connaissances disciplinaires s’incarnent dans l’agir. L’idée est de valider les acquis en classe en dehors de la salle de classe avec des expériences immédiates», ajoute-t-il.

Rôle de leader, calculs et jardinage

Les enfants ont par exemple appris à calculer la distance entre la Terre et Mars ainsi que le temps qu’il faut pour voyager entre ces deux planètes. Ils ont jardiné pour étudier l’alimentation possible sur Mars. Ils ont aussi dû se soumettre à une série d’évaluations digne des écoles de management et suivre des formations sur la place et le rôle du leader et sur la gestion de groupe.

Lors de ce camp d’immersion, les élèves ont dû être capables de travailler en équipe, de cohabiter dans un espace clos, de faire preuve d’adaptabilité et d’autonomie, mais ils ont aussi dû mobiliser leurs connaissances acquises durant l’année scolaire pour effectuer différentes expériences scientifiques en terre inconnue.

Des workshops dispensés par des consultants de Space@yourService, qui réalise des missions analogues dans des conditions d’isolement et de survie en circuit fermé, et du Space Innovation ont permis aux élèves de l’École Vivalys de se préparer pour cette simulation spatiale inédite. Sur le terrain, ils se sont ainsi confrontés à un environnement qui ne propose pas de situations créées «sur mesure».

ATS

14 commentaires
    omama

    En tant qu'enseignant ayant eu des enfants du même âge je trouve que cette approche pédagogique est grand-guignolesque...Bon les enfants ont appris à calculer la distance entre Mars et la Terre. Mais ce sont des calculs qui ne sont pas à leur portée alors je me demande bien ce qu'ils ont fait...! Idem pour calculer le temps nécessaire encore plus compliqué avec des systèmes équations et de solides connaissances en Maths! Quant au jardinage pour étudier l'alimentation sur Mars, il me semble qu'on devrait s'occuper de la terre sur la Terre d'abord ! Sur Mars il n y a pas d'oxygène gazeux et qu'une faible atmosphère avec laquelle on ne peut rien faire pousser ! Mais il est vrai que d'aucuns rêvent de coloniser Mars ! Du pur délire en l'état de notre pauvre maîtrise technologique face à l'immensité et au "vide" qui nous entoure....

Articles en relation