Passer au contenu principal

Feux au PortugalDes chèvres «sapeurs-pompiers» pour lutter contre les incendies

Alors que le Portugal a déclaré l’état d’alerte face aux incendies qui ravagent actuellement le centre du pays, le gouvernement paye des bergers pour que leurs troupeaux défrichent les forêts.

Pour chaque hectare défriché par les chèvres, empêchant ainsi les feux de se propager, les bergers reçoivent 25 euros de l’État.
Pour chaque hectare défriché par les chèvres, empêchant ainsi les feux de se propager, les bergers reçoivent 25 euros de l’État.
Jorge Lucas

La lumière du soleil irradie les montagnes, les enveloppe d’un voile bleu, au loin, quand Luís Fontinha décide d’ouvrir son enclos. Son troupeau de 70 chèvres s’ébranle dans la Serra do Açor, à 40 km à l’est de Coimbra, dans l’intérieur du Portugal. «Vous voyez la blanche, là-bas, elle est de chez vous», sourit le berger, les traits burinés au grand air. «C’est une Saanen, de Suisse. J’ai aussi trois Alpines. Elles sont habituées à l’altitude et se sont très bien adaptées ici, mieux que mes chèvres de races portugaises. Je vais en acheter d’autres, car elles sont très efficaces.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.