Passer au contenu principal

SantéDes cas de peste bubonique en Chine et en Mongolie intérieure

En Mongolie intérieure, région autonome du nord de la Chine, la détection d’un cas de peste bubonique a déclenché un arsenal de mesures.

Photographie de la bactérie de la peste bubonique, diffusée par le  Centers For Disease Control (CDC) américain, le 15 janvier 2003.
Photographie de la bactérie de la peste bubonique, diffusée par le Centers For Disease Control (CDC) américain, le 15 janvier 2003.
 AFP/CDC

Les autorités de la ville de Bayannur, située en Mongolie intérieure dans le nord de la Chine, ont annoncé un arsenal de mesures après la découverte ce week-end d'un cas de peste bubonique. La bactérie Yersinia pestis peut être transmise à l'homme par des puces ayant mordu un rat déjà infecté.

L'homme, un berger, est dans un état stable dans un hôpital de Bayannur, a indiqué la commission sanitaire de la ville dimanche dans un communiqué. La commission a interdit la chasse et la consommation d'animaux susceptibles de transmettre la peste – en particulier les marmottes – jusqu'à la fin de l'année, et a exhorté les habitants à signaler tout rongeur mort ou malade.

D’autres cas suspects

Un autre cas suspect impliquant un adolescent de 15 ans a été signalé lundi en Mongolie voisine, a annoncé l'agence de presse Chine nouvelle. Le garçon a eu de la fièvre après avoir mangé une marmotte chassée par un chien, a-t-elle précisé. Deux autres cas ont été confirmés la semaine dernière dans la province mongole de Khovd impliquant des frères qui avaient mangé de la viande de marmotte, a ajouté l'agence.

Quelque 146 personnes qui sont entrées en contact avec les deux hommes ont été mis en quarantaine. Bien que la maladie hautement contagieuse soit rare en Chine et puisse être traitée, au moins cinq personnes en sont mortes depuis 2014, selon la Commission nationale chinoise de la santé.

NXP/ATS