Passer au contenu principal

Fines gueulesDes cacaoyers au chocolat étoilé

En dix ans, Serges Ngassa est passé de la culture de la fève de cacao à la création d’un chocolat digne des plus grandes tables. Retour sur un parcours solidaire.

Le chocolatier Serges NGassa revient sur le processus de fabrication de son produit en commençant par son long voyage depuis la plantation au Cameroun.
Frédéric Thomasset

Serges Ngassa serait-il un affabulateur? Un de ces beaux parleurs, qui joue de son charme et de son verbe pour nous raconter mille vies. Tantôt agriculteur, tantôt restaurateur, l’homme de 42ans aurait multiplié les carrières. Tantôt dans l’humanitaire, tantôt dans la formation, il ne connaîtrait aucune barrière. «J’ai aussi vendu des cigarettes à la sauvette pour payer ma scolarité», s’amuse le principal intéressé. Depuis maintenant deux ans, il est surtout devenu chocolatier. Fournisseur, qui plus est, de nombre de chefs étoilés.

Quand les histoires sont trop belles, trop parfaites, l’être humain est ainsi fait qu’il se permet de douter. Mais finalement, quoi de mieux qu’une rencontre couplée à la visite d’un atelier pour se rassurer. À Epagny, dans l’agglomération d’Annecy, Serges Ngassa reçoit dans l’un de ses deux magasins. Derrière le comptoir, les clients sont accueillis avec un chocolat chaud maison. Dans l’arrière-boutique, la chaîne de production ne semble connaître aucun répit. Les fêtes de fin d’année approchent et les délicieux sapins en chocolat ne vont pas éclore sans un minimum d’effort.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.