Passer au contenu principal

Accident d’avion à GimelDerrière le crash, l’incroyable destin d’un globe-trotter

Physicien de génie, le pilote de 89 ans qui a trouvé la mort fin octobre dans la commune du pied du Jura a mis fin à ses jours dans les champs de son enfance. Il avait guéri du coronavirus la veille du drame, qui a touché aussi les habitants et les pompiers venus à son secours. Témoignages.

Né à Gimel en 1931, Claude Reymond était le fils du syndic d’un village qu’il adorait avant de se lancer dans les études plutôt que dans l’agriculture. Il a mis fin à un parcours hors normes dans les champs de son enfance.
Né à Gimel en 1931, Claude Reymond était le fils du syndic d’un village qu’il adorait avant de se lancer dans les études plutôt que dans l’agriculture. Il a mis fin à un parcours hors normes dans les champs de son enfance.
DR

«Merci pour la belle vie que vous m’avez donnée.» Posé sur le siège de la 2 CV garée sur l’aérodrome de Prangins ce samedi matin du 24 octobre, le billet écrit à la main marque le dernier chapitre de la vie de Claude Reymond, 89 ans, «victime» du crash de son avion qui ne lui a laissé aucune chance entre la jolie forêt de la Pra et le petit village du pied du Jura juché sur les hauteurs d’Aubonne.

Classé dans la rubrique des «faits divers», l’accident n’occupe que quelques lignes dans les journaux du lundi, parfois accompagné d’une photo illustrant la violence du choc, le reste étant du ressort des investigations du Service suisse d’enquête de sécurité. Nous avons pourtant voulu aller plus loin que le communiqué habituel de la police, essayer de remonter le fil en contactant les acteurs de cette fin tragique. Pour découvrir une histoire hors du commun, celle d’un homme fou d’aviation qui venait de sortir vainqueur, la veille, du Covid-19. «Je suis allé le chercher à l’hôpital le vendredi et tout semblait aller dans le bon sens, même si c’est la première fois qu’on l’a vu prendre un «petit coup» au moral alors qu’il ne lui était jamais rien arrivé de sérieux jusqu’ici», se remémore Serge, son fils, avec qui il partageait la passion du pilotage.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.