Passer au contenu principal

Le salarié, espèce en voie de disparitionDéfait à Londres, Uber se réinvente en taxi à Genève

Les chauffeurs sont des employés, estime la justice britannique. Après une décision genevoise similaire, le géant californien s’allie à des taxis.

À Genève, le géant californien proposera des courses en «vrai» taxi au tarif réglementé – par exemple entre 29 et 38 francs sur le trajet entre la gare Cornavin et l’aéroport en milieu de journée.
À Genève, le géant californien proposera des courses en «vrai» taxi au tarif réglementé – par exemple entre 29 et 38 francs sur le trajet entre la gare Cornavin et l’aéroport en milieu de journée.
LMS

Nouvelle manœuvre d’évitement à Genève. Trois jours après un revers judiciaire cuisant à Londres, son plus important marché en Europe, Uber sassocie à une centrale dappel rassemblant une centaine de «vrais» taxis genevois indépendants. Une option qui lui permet dadapter ses services au front opposé par les autorités du bout du lac à un modèle d’économie «ubérisée».

Les services du conseiller d’État Mauro Poggia ont obtenu il y a trois mois devant la justice que ces chauffeurs – présentés par Uber comme des indépendants utilisant un simple outil de mise en relation avec les clients – soient désormais considérés comme des employés. Avec les droits allant avec, notamment un minimum de 23 francs de lheure. Une catastrophe financière pour le géant californien.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.