Passer au contenu principal

Deuxième vague de Covid-19«Découragement et fatigue extrême» à l’Hôpital

Les séquelles de la crise, une charge de travail alourdie et un manque de reconnaissance pèsent sur le moral des collaborateurs. Dans certains services, le taux d’absence grimpe.

Jérôme Pugin, chef des soins intensifs aux HUG, indiquait récemment dans nos colonnes que son équipe était «très fatiguée, moins motivée».
Jérôme Pugin, chef des soins intensifs aux HUG, indiquait récemment dans nos colonnes que son équipe était «très fatiguée, moins motivée».
Lucien FORTUNATI

Ils ont été au contact du virus et dans «l’œil du cyclone» pendant des semaines. Ils ont changé de service et accompli des tâches qui sortaient de leurs prérogatives habituelles, supporté une charge émotionnelle et une fatigue physique, renoncé à des congés. Aujourd’hui, alors que les autorités sanitaires annoncent que la deuxième vague est là, que les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) réactivent leur plan Covid, ils doivent repartir au front. Si au printemps, le système de santé a pu compter sur des troupes qui ont donné sans compter, aujourd’hui l’état d’esprit n’est plus le même. Le taux d’absence dans certains services dépasse les 10%. Le chef du service des soins intensifs déclarait récemment dans nos colonnes que son équipe était «très fatiguée, moins motivée.». Face au tsunami, la digue humaine n’a plus la vaillance du printemps.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.