Passer au contenu principal

Coûteuse dépollutionDéconfiture pour la parcelle polluée de Veyrier

Le Conseil municipal a dû accepter un dépassement de crédit de plus de 672’000 francs, avec «consternation».

La station d’essence et le garage qui jouxtaient la salle communale sont maintenant détruits.
La station d’essence et le garage qui jouxtaient la salle communale sont maintenant détruits.
Google Street View

Le piège dans lequel la Commune de Veyrier s’est retrouvée prise peut servir de leçon à tout acheteur de parcelle polluée, si la morale d’Artamis ne suffisait pas. Pour rappel, la Municipalité avait acquis, en 2014, une parcelle qui abritait un garage et une station d’essence. Il était prévu que les frais de dépollution éventuels, dépassant 100’000 francs, seraient à sa charge. Or, la dépollution, effectuée entre 2018 et 2019, a finalement coûté 744’000 francs.

C’est avec «consternation, abattement» et «regret» que la Commission des finances s’est rendue à l’évidence: «la Commune doit assumer seule le dépassement de crédit» engendré par la dépollution de la parcelle de l’ancien garage. Ni le vendeur ni l’État ne peuvent être tenus pour responsables. Le Conseil municipal a donc voté, la mort dans l’âme, le crédit supplémentaire de plus de 672’000 francs.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.