Passer au contenu principal

Nouvelle souche covid«De bonnes chances qu’il y ait davantage de cas de cette variante»

La docteure Emma Hodcroft, épidémiologiste à l’université de Berne, estime qu’il n’est pas encore trop tard pour circonscrire la variante du virus.

Il n’est pas trop tard pour tenter de contenir la diffusion d’une nouvelle variante du virus du Covid-19, qui a poussé de nombreux pays à isoler le Royaume Uni, estime la docteure Emma Hodcroft, une spécialiste de la traque des mutations de virus.

Dans un entretien à l’AFP, l’épidémiologiste à l’université de Berne, appelle aussi à développer le séquençage des variations du génome du SARS-CoV-2, le virus qui donne le Covid-19, pour pouvoir mieux suivre les pérégrinations de ses inévitables mutations. Elle a co-développé le projet Nextstrain, qui a pour ambition d’exploiter en temps réel les informations que peuvent fournir les données génétiques sur des agents pathogènes.

Question: Est-il trop tard pour maîtriser la diffusion de la variante?

Réponse: «Je ne pense pas, en tout cas à un niveau international, à un niveau européen. Mais il y a de bonnes chances qu’il y ait plus de cas de cette variante à travers l’Europe que nous n'avons pas encore détectés. Nous ne pourrons jamais empêcher un virus de muter, mais nous pouvons améliorer nos chances en limitant le nombre de cas, grâce au respect des gestes barrières (port du masque, distanciation sociale, etc).

Moins le virus circule, moins il a de chances de contaminer des gens différents, et il a donc moins de chances de trouver des conditions favorables à de nouvelles mutations qui comportent toujours le risque d’être encore plus dangereuses que l’original. Nous pouvons tous contribuer. Le meilleur cadeau de Nöel que nous puissions faire à nos familles, c’est de réfléchir à notre comportement et faire ce qu’il faut pour empêcher cette variante de se répandre.

Au Royaume Uni, ce sera plus dur parce qu’il est plus difficile de mettre des limites (...) Je ne dis pas que cela ne vaut pas la peine d’essayer mais cela va être dur de contenir (le virus) dans le sud-est de l’Angleterre, en particulier avec Noël qui arrive».

Q: Quel est l’impact des déplacements sur la diffusion de la variante ?

R: «Malheureusement, pour ce que nous en savons, la variante espagnole, par exemple, qui s’est répandue pendant l’été en Europe, a montré que les voyages et les vacances peuvent réellement transmettre le virus ou des variantes de manière incroyablement efficace.

La question est de savoir combien de temps vous attendez en tentant de trouver l’équilibre entre ne pas agir trop vite, sachant que si vous attendez trop longtemps, vous risquez de manquer votre chance de contenir le virus».

Q: Quelle est l’importance du séquençage?

R: «La méthode la plus sûre pour détecter cette variante c’est le séquençage, qui consiste à décortiquer complètement le code génétique de la variante, pour voir où précisément elle a muté.

Le plus important c’est de tracer ces différentes variantes et essayer d’identifier si l’une d’entre elle montre quelque chose d’inquiétant comme un taux de transmission plus élevé, la résistance à un vaccin ou une forme plus grave de la maladie».

afp/nxp