«Zup» porte aux nues les cultures urbaines

Spectacle Ce show dédié aux arts de la glisse investira le skatepark de Plainpalais cet automne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un diamant de bois brut posé sur la plaine de Plainpalais. Une immense charpente de sapin blanc recouverte d’une membrane coiffant le skatepark, voilà le théâtre de ZUP. 1600 m2 et 700 places dans les gradins en pente pour une arène contemporaine insérée en pleine ville. Sous ce chapiteau éphémère au mur de scène escamotable évolueront vingt danseurs et quinze glisseurs - skateurs, rollers et BMX -, le temps d’un spectacle à la gloire des cultures urbaines d’aujourd’hui.

Les préparatifs en vidéo

«Bête quasi mythologique»

Trois magistrats de la Ville de Genève s’étaient déplacés hier pour présenter le show de la Compagnie urbaine, histoire de souligner la force d’innovation et toutes les vertus de ZUP: «un spectacle qui va brouiller les codes et démontrer que la culture doit aller à la rencontre d’autres publics que ceux des institutions en place» (Guillaume Barazzone, maire de Genève); une initiative «qui contribue à célébrer les 5 ans du skatepark et permet de faire travailler des jeunes, à la billetterie, pour la surveillance et pour le placement des spectateurs» (Esther Alder, Département de la cohésion sociale et de la solidarité); une manifestation «qui marie sport et art, excellence internationale et relève locale, arts du spectacle et tissu social genevois» (Sami Kanaan, Département de la culture et du sport).

Michel Gaud et Nicolas Musin présentent la maquette du skate park. Photo Lucien Fortunati

Du côté des concepteurs de ce spectacle totalement nouveau pour Genève, on affiche énergie et optimisme. «Le skatepark est l’acteur principal de ZUP, un magnifique objet architectural, une bête quasi mythologique!» s’emballe le directeur artistique Nicolas Musin. «Avec l’apport du mapping que nous préparons, il va acquérir une dimension très humaine, et aussi des sonorités qu’il n’a bien sûr pas aujourd’hui, grâce à la bande-son créée spécialement par Tim Paris.» Aujourd’hui, le skatepark n’émet que le clac-clac des planches à roulettes, les sifflements des rollers et le crissement des pneus des BMX.

Un monde en soi, que Nicolas Musin essaie d’unir à la danse: «Moi je viens du ballet classique, un univers très virtuose, frontal, léger. Je dois avouer que je ne pensais pas que tout cela intéresserait des gens qui ont la passion de la glisse. En réalité, ces deux galaxies ont le culte des idoles: j’ai Noureev, ils ont leurs légendes californiennes du skate.» Tous travaillent ensemble depuis près d’un an, en salle pour plus de commodité. Le Centre des arts a été mis à la disposition des danseurs urbains, des glisseurs et de leur chorégraphe par l’Ecole internationale.

ZUP raconte une histoire, la rencontre entre un homme et une femme née dans l’imaginaire du président de la Compagnie urbaine, Michel Gaud. La narration dure 1 h 30 et s’articule en deux temps: 45 minutes d’ambiance nuit en version urbaine, dévolues à la mobilité et au peuple de la rue. Après 20 minutes d’entracte, ambiance jour, le soleil gagne l’arène pour 45 minutes.

Mécène pour le diamant

Pour ce qui est du budget du spectacle, la Compagnie urbaine est, à ce stade, un peu en dessous de son enveloppe de départ - 2,3 millions de francs. Michel Gaud s’en explique: «La structure en bois, conçue par le bureau de Thomas Büchi, nous est offerte 50% par un mécène et 50% par la Loterie Romande, puisqu’il s’agit d’un élément exécuté dans un matériau renouvelable, et qu’il est réutilisable.» Des contacts ont en effet été pris en Suisse et à l’étranger pour faire tourner ZUP. En outre, le diamant de bois pourrait servir, à terme, de centre de formation aux cultures urbaines pour les jeunes, ou de salle de spectacle dans l’une ou l’autre des communes genevoises.

Quant à la Ville, elle «soutient l’initiative en nature, mettant gratuitement à disposition des organisateurs le skatepark et du matériel», selon ses magistrats. Seule exigence, ZUP doit faire relâche trois jours - les 28, 29 et 30 septembre - pour laisser les Genevois admirer les Géants de la compagnie Royal de Luxe sur Plainpalais.


«ZUP» par la Compagnie urbaine, du 20 septembre au 11 octobre, à 20 h 30, skatepark de Plainpalais. Billets Fnac et www.fnac.com. Infos: www.lacompagnieurbaine.com

(TDG)

Créé: 25.04.2017, 19h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des jeunes pour le climat
Plus...