Passer au contenu principal

Yodel, danse et percussions dans l’intimité des saunas

Performances nocturnes inédites aux Bains des Pâquis. Reportage dans la moiteur des hammams.

A 22 h 30 mardi soir, à l’heure où la nuit reprend ses droits sur la rade, une cinquantaine de femmes de tous âges se regroupent dans la chaleur réconfortante de la rotonde des Bains des Pâquis. Le règlement des lieux le stipule, ce soir de semaine leur est réservé. Venues avec leurs serviettes de bain sous le bras, les spectatrices d’Antigel s’apprêtent, amusées, à vivre un moment hors du commun. Dans les vestiaires, déjà, de drôles de chants accompagnés de sonorités cuivrées émanent des salles de bien-être et réveillent les couloirs aux portes turquoise.

Depuis cette année, le festival Antigel collabore activement avec les Bains des Pâquis. Il y a organisé, mardi et mercredi soir, deux rendez-vous similaires sans précédent. L’un réservé aux femmes, et l’autre mixte. «Avec D’antigel et d’eau fraîche, nous rajoutons encore un peu plus de «jamais vu» à la programmation, explique Gabor Varga, coresponsable de la production danse du festival. Les cinq artistes invitées ont pensé librement leurs performances musicales et chorégraphiques en investissant ces lieux de leur présence.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.