Passer au contenu principal

Yannick Noah: «Je suis capable de me mettre de belles murges»

Lorsque le saint patron du tennis français sort un nouvel album de chansons, c’est l’occasion de discuter chefferie traditionnelle, sens de la justice et sensations fortes.

Yannick Noah, 59 ans, hier tennisman, puis coach, aujourd'hui chanteur, homme d'affaires et chef de clan.
Yannick Noah, 59 ans, hier tennisman, puis coach, aujourd'hui chanteur, homme d'affaires et chef de clan.
Goledzinowski

Un jour en terrasse avec Yannick Noah. Il souhaitait boire une bière. Il l’a eue. «Mais oui! Mais c’est la belle vie, ça! Merci!! Santé!!!» Son paquet de cigarettes est vide. Noah trinque. Puis répond tranquillement. À 59 ans, l’ancienne gloire du tennis, l’ex-coach de l’équipe de Coup Davis – dernière victoire en 2017, défaite contre la Croatie l’année suivante – met dans «la mélo» sa petite touche reggae et un grain de morna cap-verdienne dans cette variété légère que constitue son nouvel album, «Bonheur indigo». L’année prochaine, le chanteur reprendra la route des concerts. L’an passé, il est devenu chef de clan au Cameroun. Ici, la chanson. Là, le peuple. Des actions caritatives encore. Au Cameroun, la famille Noah circule dans les hautes sphères, tandis que le gouvernement de Paul Biya reste un régime autoritaire. À Yaoundé, Yannick Noah construit des immeubles haut de gamme. Voilà également un homme d’affaires avisé. La parole est à lui.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.