Passer au contenu principal

«Vigousse», satire à tout va depuis dix ans

Dernier-né d’une longue lignée romande de journaux au vitriol, l’hebdomadaire rigolard a soigné son esprit de sérieux.

Thierry Barrigue tenant le numéro de «Vigousse» paru après l'attentat de «Charlie Hebdo».
Thierry Barrigue tenant le numéro de «Vigousse» paru après l'attentat de «Charlie Hebdo».
KEYSTONE

On imaginait un capharnaüm de bureaux enfumés, aux tables auréolées de culs de bouteilles, aux murs cabossés par les hurlements rigolards de tous et toutes. Le fantasme «Hara-Kiri» quoi, quand le rédacteur en chef François Cavanna devait gueuler plus fort que sa troupe de vauriens doués. Surprise! Tout est calme, propre et bien rangé dans les vastes locaux aérés de «Vigousse», quelque part au centre de Lausanne, et le rédacteur en chef Stéphane Babey n’élève même pas la voix quand il s’étonne que les petites crèmes, pour le café, sont passées de date. Un havre de travail consciencieux pour «le petit satirique romand» créé par Barrigue, Laurent Flutsch et Patrick Nordmann il y a dix ans. L’occasion de fêter la chose samedi à Yverdon, en même temps que la sortie du… 426e numéro! Qui l’eût cru?

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.