Passer au contenu principal

La vie rêvée d’Hugo Pratt se transforme en essai

L’expert Thierry Thomas livre une nouvelle exégèse de l’auteur de Corto Maltese.

Hugo Pratt, auteur et conteur.
Hugo Pratt, auteur et conteur.
B. Kormann

Il y a chez Thierry Thomas une véritable passion pour Hugo Pratt. Le réalisateur pour Arte et France 5 s’était déjà fait l’auteur d’un documentaire élégant et bien centré sur le créateur de Corto Maltese. Sans compter quatre livres qui décortiquent l’œuvre fantasmée d’Hugo Pratt.

Il revient aujourd’hui par un texte toujours aussi admiratif mais dans une forme intéressante. En s’attachant sur quelques épisodes précis de la vie de l’auteur mort à Grandvaux, Thomas les raconte comme Pratt le faisait: en toute liberté, en toute fantaisie, mais d’une manière si véridique que l’histoire paraît plus vraie que la vérité.

Après une première rencontre à Venise, Thierry Thomas imagine celui qui s’appelle en réalité Ugo Prat dans le train qui l’amène vers Paris. Il ne publie plus en Italie et il est invité à rencontrer Georges Rieu, le rédacteur en chef du très communiste «Pif Gadget». Dans le train, il réfléchit au héros qu’il pourrait lui proposer, et c’est bien ce pirate élégant apparu en marge de «La ballade de la mer salée» qui va s’imposer. Corto Maltese est devenu réel dans ce wagon, comme il va devenir une icône de la BD.

Hugo Pratt avait une liberté fondamentale de dessin, qui lui permettait de divaguer de sa plume pendant que son auteur déroulait son scénario. Le trait n’avait pas besoin d’illustrer l’histoire, pour Thierry Thomas, il y aurait eu redite. C’est de cela que naît la formidable liberté des aquarelles de Pratt, qui permettent à son héros de garder toujours une petite distance avec le lecteur, de rester dans cet univers fantasmé. Si Pratt était un grand voyageur, il était aussi un formidable créateur qui donnait aux pays qu’il représentait une existence propre, différente de leur vie réelle. L’auteur voyageait pour confronter ses visions aux atmosphères qu’il avait imaginées.

Thierry Thomas retranscrit comme personne cet auteur conteur qui pouvait épuiser son auditoire, séduire les filles et dessiner, toujours dessiner.

----------

«Hugo Pratt trait pour trait», Thierry Thomas, Éd. Grasset, 192 pages

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.