Passer au contenu principal

Transformer un chantier en œuvre d’art

Le collectif 1m83 offre à de jeunes artistes la possibilité d'exposer sur les bâches d'immeubles en travaux. Premier exemple avec le photographe Guillaume Perret.

Les deux visages s'affichent sur un format monumental au numéro 14 du boulevard Helvétique, où s'érige la Tour de Rive, actuellement en rénovation.
Les deux visages s'affichent sur un format monumental au numéro 14 du boulevard Helvétique, où s'érige la Tour de Rive, actuellement en rénovation.
Laurent Guiraud
Le portrait original du vieil homme.
Le portrait original du vieil homme.
Guillaume Perret/Lundi13
Le portrait original de la petite fille.
Le portrait original de la petite fille.
Guillaume Perret/Lundi13
1 / 3

Sa haute silhouette moderniste avait besoin d’un sérieux rafraîchissement. Depuis le 15 août, la Tour de Rive, érigée en 1936 par l’architecte genevois Marc-Joseph Saugey au numéro 14 du boulevard Helvétique, panse ses flancs décatis sous les échafaudages. Mais on remarque à peine la froide structure tubulaire: deux visages affichent un sourire ensoleillé sur les 365 m2 de bâches de chantier qui voilent l’auguste bâtisse.

C’est au photographe neuchâtelois Guillaume Perret que l’on doit ce colossal duo de portraits radieux et au collectif 1m83 l’idée originale de masquer la laideur de travaux de rénovation par une œuvre d’art. «J’avais réalisé ces deux images pour un projet de photos sur panneaux solaires à Neuchâtel, explique Guillaume Perret, par ailleurs cofondateur de l’agence Lundi13 et lauréat d’un Swiss Press Photo en 2018. Elles ont donc été pensées pour apparaître sur un bâtiment. Je souhaitais qu’elles traduisent l’énergie, l’abandon, l’émotion.»

Intitulée «Trait d’union», la création met en scène deux personnages qu’apparemment tout sépare. Un vieil homme espiègle, tout en poils rebelles, dirige sereinement sa figure vénérable vers l’avenir – la rade et le centre-ville –, tandis qu’une fillette, sourire juvénile et nez fripon, offre une frimousse pleine de promesses au passé – la cathédrale Saint-Pierre. Leurs attitude et expression les relient cependant: «Je leur ai dit de fermer les yeux et de s’imaginer qu’ils profitent des premiers rayons du soleil printanier, appuyés contre un mur», raconte le photographe. Comme suspendus hors du temps, loin de la frénésie du monde, le sage et l’enfant octroient un moment de tendresse et de poésie au passant, drapant la sévérité du métal et du béton de leur monumentale humanité.

Rendu possible par le soutien de la régie et du propriétaire de l’immeuble, le concept de 1m83 est appelé à se développer ailleurs. Il vise à rendre l’art accessible, tout en permettant aux jeunes talents d’exposer au cœur de la ville.

Informations: www.1m83.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.