Passer au contenu principal

Sur les traces du «Trésor des Hespérides»

Au Jardin botanique, une enquête interactive propose de résoudre une énigme sur le thème de l’amour.

Scanner les QR codes pour avancer l’enquête.
Scanner les QR codes pour avancer l’enquête.
CJBG - F. GOLAY

Imaginez-vous, demain, c’est le grand jour. Vous vous mariez! Mais faites-vous le bon choix en vous apprêtant à prononcer vos vœux devant l’autel au bras de votre promis ou promise? Dans le cadre de son exposition «Symboles et sentiments, secrets du monde végétal», le Jardin botanique présente une expérience unique où les participants mènent une enquête sur les traces de leurs grands-parents, appelons-les Léon et Olivia. Il s’agit de retracer l’histoire d’amour entre ce parfumeur et cette botaniste, qui servira à donner la réponse à la question initiale.

En effet, ce circuit contient neuf modules indépendants les uns des autres. Les visiteurs peuvent donc investiguer dans le désordre ou en fractionnant leur parcours. En proposant une chasse au trésor à la recherche de QR codes disséminés dans tout le parc, la direction du Jardin botanique a souhaité viser un public jeune. «Avec cette activité, nous aimerions attirer les 25-35 ans et les enfants accompagnés de leurs parents», explique Didier Roguet, commissaire de l’exposition. De plus, cette enquête à la façon d’un escape game offre plusieurs grilles de lecture. Les neuf énigmes qui retracent l’histoire d’amour des grands-parents sont aisément déchiffrables par les plus jeunes.

Néanmoins, le fil rouge de l’aventure relève d’une interprétation plus approfondie où l’attention doit être portée sur les détails si les détectives souhaitent savoir s’ils doivent vraiment franchir le cap du mariage ou pas. «Bien qu’il n’y ait pas vraiment de bonne ou de mauvaise réponse, un correctif est proposé à la fin de l’expérience», précise un des collaborateurs du collectif Gus & Co, partenaire du projet. Les Sherlock en herbe peuvent se lancer sur les traces de leurs aïeux avec un smartphone chargé au maximum et connecté sur le Wi-Fi gratuit de la Ville de Genève.

Attention à lever tout de même le nez de son téléphone afin de dénicher tous les indices et admirer les pépites florales semées sur le chemin. Mener l’enquête reste un prétexte pour découvrir le Jardin botanique au fil des saisons et par tous les temps, l’expérience étant gratuite et permanente.

Mêlant l’aventure, la réflexion et la promenade dans tous les recoins du jardin public, «Le trésor des Hespérides» tire son nom de la mythologie grecque. Les Hespérides sont des nymphes gardiennes d’un pommier livrant des fruits couleur or. En fait, il s’agirait d’oranges. Dans le jargon de la parfumerie, le terme héspéridé est attribué aux senteurs d’agrumes. Voilà un premier indice.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.