Passer au contenu principal

SpectacleLa crème des acrobates joue «Alis» au théâtre du Léman

La compagnie Le Cirque - World’s Top Performers s’inspire du pays des merveilles de Lewis Carroll et amène les meilleurs artistes circassiens du monde en Suisse romande.

La compagnie "Le Cirque - World’s top performers" débarque en Suisse pour sa première tournée internationale.
La compagnie "Le Cirque - World’s top performers" débarque en Suisse pour sa première tournée internationale.
DR

Roulement de tambour… Lumière et applaudissements! Une brochette des meilleurs artistes de cirque du monde – ceux qui écument les plateaux des cabarets télévisés aux quatre coins de la planète ou brillent au sommet de l’affiche des plus grandes productions internationales – s’apprête à débarquer en Suisse. Après Lugano et Zurich dès la fin du mois, la troupe Le Cirque, with the World’s Top Performers débarquera à Lausanne, du 12 au 14 avril, avant de s’en aller à Genève les 18, 19 et 20. Une tournée – la première à l’étranger pour cette compagnie italienne fondée il y a trois ans – qui bouclera son parcours helvétique du côté de Bâle, après Pâques.

Durant trois jours, le Théâtre de Beaulieu accueillera donc «Alis», spectacle étendard qui plonge son public dans un univers inspiré… d’«Alice au pays des merveilles» et mélange, surtout, stars de la discipline et nouveaux talents.

L’artiste au centre de la piste

«Tout est dit dans notre nom! L’aventure de cette compagnie a démarré avec l’envie de replacer clairement les artistes au centre de la piste, observe le fondateur et producteur Gianpiero Garelli. Au-delà des questions financières évidentes qu’il y a à produire un show qui n’implique pas la grosse machinerie ou les superstructures devenues la marque de fabrique de certaines troupes, je rêvais d’un spectacle sobre, d’une proposition artistique susceptible de remettre sous la lumière le perfomeur dans toute sa splendeur. C’est comme cela qu’est né «Alis», parce que je souhaitais que le spectateur ne rentre pas chez lui en se souvenant uniquement des décors.»

160'000 C’est le nombre de spectateurs qui ont déjà découvert «Alis», en Italie, depuis sa création en 2016

Découverte à Milan en décembre dernier, déjà vue par plus de 150'000 spectateurs, cette production a écumé de nombreuses villes transalpines depuis 2016. À chaque étape, elle propose une quinzaine de tableaux et réunit une vingtaine d’artistes sur scène, tous issus de «l’écurie» World’s Top Performers. Celle-ci a, sous contrat, les créateurs d’une trentaine de numéros époustouflants et compose son programme au gré des disponibilités et engagements de ses poulains.

Il y aura, c’est sûr, Kai Hou, expert des arts martiaux et cascadeur. Le Chinois détient le record du monde 2014 du plus grand nombre de sauts acrobatiques. Le public découvrira peut-être, également, Andrea Carrato, l’Italien qui assure les rotations les plus rapides de la planète avec sa roue Cyr. Ou encore la construction – à couper le souffle, c’est peu dire – d’un mobile géant à base de feuilles de palmier, numéro imaginé par le Suisse Maedir Rigolo et réalisé, dans «Alis», par Lili Chao. Et si certains d’entre eux ne seront pas du voyage, d’autres circassiens sauront ébahir.

Entre tradition et modernité

Acrobaties, danses aériennes, sangles, saut au trampoline, contorsions… chaque performance défie logique, physique ou force humaine. Et permet de ravir les vrais amateurs de cirque plus traditionnel, sans barber pour autant les fans de cirque plus moderne. À l’instar des shows imaginés depuis trente ans sur le Nouveau Continent – les concepteurs se sont longtemps frottés au Cirque du Soleil –, le spectacle cherche à fondre les numéros dans un univers cohérent, celui inspiré du livre de Lewis Carroll. Costumes, personnages et situations, mais aussi effets de lumière et projections vidéo réveillent le merveilleux «carrollien».

24 C’est le nombre d’artistes qui assureront le spectacle lors de la tournée romande, spectacle composé de 15 numéros au total

Ténu, ce fil conducteur ne suffit pas toujours à rompre l’effet «succession de tableaux». Mais en limitant la scène aux seuls performeurs – sans pléthore de danseurs ou de voltigeurs –, le talent de chacun finit par ne laisser personne indifférent. Et quand le numéro ne repose plus seulement sur la force physique ou la virtuosité, «Alis» glisse subtilement vers le nouveau cirque d’inspiration plus européenne. «Personne ne peut rester insensible face au talent des meilleurs artistes du monde, s’enthousiasme le directeur artistique. Sans pour autant raconter une histoire du début jusqu’à la fin, nous voulions réveiller en chaque spectateur, enfant ou adulte, ses émotions et sa capacité à l’émerveillement. En Italie, nous avons réussi notre pari. La Suisse sera notre premier test international.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.