Passer au contenu principal

FestivalLe coup de fourchette des théâtres romands

Pour la cinquième année consécutive, «Midi, théâtre!» sert sept menus dramatiques avec le plat du jour, tour à tour sur huit plateaux de Romandie. Bon app!

La Cie des Héros fourbus épice votre repas ce mercredi 11 octobre au Théâtre du Grütli avec Carcan.
La Cie des Héros fourbus épice votre repas ce mercredi 11 octobre au Théâtre du Grütli avec Carcan.
DR

Depuis 2013, Midi, théâtre! bouscule les règles de la séance. On ne va plus au théâtre le soir, mais en pleine journée. On n'y entend plus gargouiller l'estomac du voisin, car on y boulotte tous ensemble. Le voisin en question n'est plus ce cultureux qui trépigne nuitamment devant les guichets, mais un employé comme vous et moi, qui met à profit sa pause déjeuner. Enfin, pour faire passer la double carte substantifique et spirituelle, des voix à l'inflexion exotique remplacent le sempiternel accent genevois.

Huit scènes romandes se passent le sel. Implantées à Sion, Vevey, Yverdon, Villars, Porrentruy, Delémont, Bienne et Genève, elles accueillent chacune, un midi par mois, les créations de sept compagnies - elles-mêmes sélectionnées entre le Valais et Genève, en passant par Neuchâtel. La ronde de la saison 2017-2018 a commencé à la fin septembre. Mais elle s'arrête pour la première fois au Théâtre du Grütli ce mercredi 11 octobre, avant six autres amuse-bouche proposés jusqu'en mai.

Contexte impose, les formes présentées sont allégées. Scénographie souple, action resserrée, comédiens en nombre restreint. L'effet visé ressemble à celui du schnaps: détendre l'esprit, délier la parole, découvrir - soi-même comme autrui. Et ouvrir accessoirement l'appétit, puisque avant, pendant ou après la demi-heure de spectacle, repas est servi.

Premier plat à tourner à Genève, donc: Carcan, apéritif sédunois et tout public, apprêté par la Compagnie Héros fourbus. Il y est question d'une marionnette à taille humaine qui manipule ses manipulateurs, et amène ce faisant le public à se libérer de ses entraves. Signé Fanny Pelichet pour la troupe lausannoise Les Petitabourets, le hors-d'oeuvre consistera, le 22 novembre, toujours au Grütli, en Pour le meilleur et pour le pire, un... repas de noce qui part en vrille. Suivra le potage Mambo miam miam, remué par la Genevoise Charlotte Dumartheray, à la faveur duquel on assistera à une émission culinaire en musique. Toujours parfaitement à propos, A Table! tiendra lieu d'entrée en janvier: la Compagnie La Bocca della luna y égrènera ses références à des banquets marquants, du Festin de Babette à Masterchef. On en viendra ensuite au poisson, intitulé Milkshakepar Julien Basler, qui s'inspire du Pulp Fiction de Quantin Tarentino pour en décortiquer le mythe. Quant à la viande, on l'extraira de 24H de la vie d'un frigo, ce meuble central de nos vies, auquel le Collectif Illusion éphémère consacre sa pièce. Enfin, l'année se clora prématurément à l'étape de la salade, avec L'Affaire Dolma, ou la nouvelle enquête du préfet Mingus, que la jeune compagnie biennoise Tram33 a hachée sous la forme d'un peplum gastronomique et policier. Pour le fromage et le dessert, on se cure les dents en attendant l'automne 2018.

Carcan, Théâtre du Grütli, me 11 oct. à 12h15, www.grutli.ch, www.miditheatre.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.