Passer au contenu principal

Sexe en séries, et plus si affinités

Si le feuilleton français reste frileux sous la couette, sur les plateformes c’est bien plus chaud.

Stephanie Allynne et Leisha Hailey dans «The L Word Generation Q», sur Canal +
Stephanie Allynne et Leisha Hailey dans «The L Word Generation Q», sur Canal +
DR

Une enquête menée en novembre dernier par le gay «Têtu» accusait les lacunes de l’audiovisuel français en matière de représentation LGBTQ (lesbienne, gay, bi, trans, queer). Ainsi le premier acteur transgenre dans un feuilleton hexagonal a attendu mars 2018 et un épisode de «Plus belle la vie» qui, sans cette particularité, serait d’ailleurs déjà passé aux oubliettes. Par contre, depuis plus d’une quinzaine d’années, les chaînes britanniques et américaines puisent avec abondance dans la grande veine des couples recomposés. Ainsi, une récente statistique évaluait à plus de 10% les héros et héroïnes aux orientations sexuelles moins classiques que le duo homme-femme.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.