Game of thrones pour les nuls

TélévisionLa RTS diffusera dès lundi la 8e et dernière saison. Dernière occasion de se mettre à jour pour ceux qui ont été épargnés par la série.

La série Game of thrones noie des thématiques de la société actuelle dans un univers médiéval-fantastique.

La série Game of thrones noie des thématiques de la société actuelle dans un univers médiéval-fantastique. Image: HBO - LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De nombreux Genevoises et Genevois risquent de rencontrer quelques difficultés au travail lundi. À 3 h du matin, la RTS démarrera en effet, et pour la première fois en simultané avec le reste du monde, la diffusion de la 8e et dernière saison de «Game of Thrones», «GoT» pour les fans.

Pour celles et ceux qui n’ont pas encore été contaminés par cette série de tous les superlatifs, c’est donc la dernière occasion de s’y initier. Maîtresse d’enseignement et de recherche à la Section d’histoire et esthétique du cinéma de l’Université de Lausanne, Mireille Berton revient aussi sur les raisons de son succès et les questions qu’elle pose.


La série

«Game of Thrones», c’est quoi? Une série télévisée de 73 épisodes diffusée en 8 saisons de 2011 à 2019. Réalisée par la chaîne américaine HBO, elle s’inspire de la série de romans «Le trône de fer», que George R.R. Martin écrit depuis 1996. La série a toutefois rattrapé, puis dépassé l’écriture des romans, en cours de diffusion.

Ça parle de quoi? La série raconte les affrontements entre plusieurs familles nobles pour s’asseoir sur le trône suprême d’un continent fictif, le fameux trône de fer. Mais ces combats sont rendus futiles par l’avancement des Marcheurs blancs, une armée de morts-vivants venant du nord. La source de l’emblématique citation «Winter is coming», «l’hiver arrive» en français dans le texte.

Qui sont les personnages principaux? L’histoire s’articule autour de plusieurs personnages principaux, dont Daenerys Targaryen qui a fait naître trois dragons et Jon Snow, un bâtard épris de justice. Les protagonistes de «GoT» sont toutefois nombreux et complexes, avec de bons et de mauvais côtés. Et surtout, ils sont tous susceptibles de disparaître d’un instant à l’autre.

Et après? La chaîne américaine HBO ne compte pas lâcher si vite un si bon filon. Un documentaire sur le tournage de la série est annoncé pour le 26 mai. Enfin, un spin-off, série secondaire à partir d’un personnage ou événement d’une autre série, serait en préparation. Elle reviendrait sur l’origine des Marcheurs blancs et se déroulerait 10 000 ans avant l’époque de «Game of Thrones».


Sept faits insolites

-

  • 28 paires de seins apparaissent à l’écran dans la première saison.
  • Dans la version polonaise, le doublage des dialogues n’a été fait que par une seule personne.
  • le site de fans Game of Canada a calculé que 174 373 personnes sont mortes lors des sept premières saisons de «GoT».
  • 56 cm séparent l’actrice Gwendoline Christie, qui joue Brienne de Torth (1,91 m), de Peter Dinklage, l’interprète de Tyrion Lannister (1,35 m).
  • l’actrice jouant Talisa, la femme de Robb Stark, est Oona Chaplin, petite-fille de Charlie Chaplin.
  • Theon Greyjoy est incarné par l’acteur Alfie Allen, frère de la chanteuse pop anglaise Lily Allen.
  • des visites touristiques sont désormais organisées sur les lieux de tournage de «GoT» en Irlande, à Malte, en Croatie, au Maroc et en Espagne.


Un reflet de notre monde

Notre monde, à peu de chose près Dans son ouvrage «Le Trône de fer ou le pouvoir du sang», l’écrivain Stéphane Rolet considère «GoT» comme une sorte de métaphore de notre époque contemporaine. Pour lui, les sept territoires placés sous le pouvoir du roi du Trône de fer rappellent à certains égards la Communauté européenne. Terrifiant peuple de cavaliers nomades vivant dans les déserts, les Dothrakis craignent de traverser une grande mer qui, du coup, prend des airs de Méditerranée. Enfin, la série aborde la question de l’extrémisme, avec l’apparition d’une religion intolérante et ultraviolente dans un climat de cohabitation qui prévalait jusque-là.

Réchauffement climatique glacial «Les Marcheurs blancs peuvent être interprétés comme le symbole du changement climatique que l’on préfère ignorer, les rois étant plus occupés à se battre entre eux qu’à se soucier des transformations de l’écosystème et de leurs conséquences pour les populations, explique Mireille Berton. Comme nous, les peuples de «GoT» vivraient des changements climatiques brutaux sans vraiment prendre la mesure de leur impact à long terme.»

Misogyne ou féministe? «La série polarise, constate Mireille Berton. Si pour certains «GoT» représente des personnages féminins forts et courageux qui résistent à la domination masculine, pour d’autres elle s’adresse surtout au regard et au plaisir masculins en montrant la violence qui est faite aux femmes. Mais il faut faire attention à ne pas amalgamer représentation et légitimation: ce n’est pas parce qu’un programme télévisuel aborde un sujet qu’il le légitime. Évoquer les problèmes posés par la violence faite aux femmes ne veut pas forcément dire que la série légitime cette violence. Inversement, il ne suffit pas que des personnages féministes soient représentés pour qu’ils soient acceptés ou valorisés.»

Citée par les politiques Plusieurs politiciens ont cité «GoT» dans leurs discours, dont Pablo Iglesias le leader du mouvement espagnol Podemos dans un ouvrage intitulé «Les leçons politiques de «Game of Thrones». «Il utilise la série pour rappeler la nécessité de renverser le capitalisme avancé devenu désormais obsolète, explique Mireille Berton. L’hiver qui arrive est pour lui une allégorie de la fin d’un système économique et politique qui ne profite qu’aux riches et aux puissants.» (TDG)

Créé: 13.04.2019, 17h49

Articles en relation

Qui sera le dernier à s'asseoir sur le Trône de fer

Concours La dernière saison de «Game of Thrones» commencera le 14 avril. Quelles sont les théories qui se produiront? Essayez de le deviner en faisant vos preuves face aux autres lecteurs. Plus...

Phénomènes de société

Un visionnage collectif
«Alors que les séries actuelles appellent une consommation individualisée et indépendante de la logique linéaire de la télédiffusion classique, «GoT» a réintroduit un mode de réception collectif, explique Mireille Berton. Un public très important regarde les épisodes à peu près au même moment, en quasi-synchronisme avec la diffusion américaine.»


Mireille Berton
Docteur ès Lettres, UNIL

Intimement liée au web
«À travers les réseaux sociaux, les blogs ou les sites de fans, les spectateurs partagent informations, émotions et hypothèses, constate Mireille Berton. Cette série bénéficie notamment d’un buzz qui s’est intensifié de saison en saison, l’attente entre elles permettant d’accroître l’intérêt et de fédérer des nouveaux adeptes. Ce succès est amplifié ensuite par les médias qui s’emparent de cet objet pour l’ériger en phénomène de société.»

Des sujets d’études universitaires
La série a donné lieu à des nombreuses analyses, publication d’ouvrages ou cycles de conférences, comme celui qu’organise en ce moment Mireille Berton à l’Université de Lausanne. «Cette vitalité de la réflexion est due aux qualités intrinsèques de la série: sa richesse narrative, ses personnages complexes et son univers fictionnel, a priori infini. Mais aussi au rôle joué par la culture populaire, que l’on observe volontiers pour déchiffrer le monde qui nous entoure. Et le web a beaucoup contribué à abolir les frontières entre culture noble et culture de masse.»

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Benoît XVI accuse Mai 68 d'être responsable de la pédophilie
Plus...