Liliane Rovère, une âme espiègle et singulière

PortraitA 84 ans, la grande dame des deuxièmes rôles étincelle dans «Dix pour cent», la série de Cédric Klapisch. Sur RTS dès mardi et France 2, mercredi.

Liliane Rovère, muse de Saint-Germain-des-Prés, actrice tragique ou caustique à ses heures et désormais, pilier de la série «Dix pour cent» avec le chien «Jean Gabin».

Liliane Rovère, muse de Saint-Germain-des-Prés, actrice tragique ou caustique à ses heures et désormais, pilier de la série «Dix pour cent» avec le chien «Jean Gabin».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans Dix pour cent, qui expose la «fausse vraie» vie des acteurs et de leurs agents artistiques, chacun est invité à amener sa touche. Pour interpréter Arlette, la doyenne de la maison ASK, Liliane Rovère a griffé sur son tailleur d’imitation Chanel un pin’s à l’effigie de Billie Holiday. Muse des musiciens de jazz dans le Paris d’après-guerre, la petite dame en noir se marre avec la gouaille classieuse qui, jadis, hypnotisa Dizzie Gillespie et Charlie Parker. «Quand on tombe dans la marmite du blues, ça ne vous passe jamais.»

Matière à jaser

Fait rare, la reine des seconds rôles donne matière à jaser sentimentale dans le cinquième épisode de la série, quand Guy Marchand, ténébreux crooner, lui sert de «sparring-partner». «Je suis toujours restée discrète car je ne voulais pas être accusée de me servir de mes histoires privées. Mais là, j’avais confiance dans l’écriture et le réalisateur qui ont minimisé les effets démonstratifs», explique-t-elle avec pudeur.

En 1955, après l’avoir croisée au Bird­land de New York, le romanesque Chet Baker traverse l’Atlantique pour suivre ses beaux yeux. Des amours fulgurantes, comme le toucher du trompettiste. Mais la passion de la «Lady jazzy» dure. A Saint-Germain-des-Prés, le planant Dexter Gordon lui joue du saxophone, et pas seulement Autour de minuit, filmé par Bertrand Tavernier. «Les choses arrivent, je ne les analyse pas. A fréquenter les musiciens, j’en ai fait mon monde. Plus que les acteurs, les auteurs de théâtre, les cinéastes, j’ai l’impression que l’amour de la musique empiète sur votre mode de vie. C’est un truc très fort qui finit par prendre toute la place.»

Si son nom figure dans une centaine de génériques, il reste sans doute confidentiel. Liliane Rovère s’en fiche. «Je ne dis jamais: «On me le doit.» Ce n’est pas une question d’humilité, un terme que je déteste, beaucoup trop chrétien pour moi! Disons une absence de prétention.»

Blier et Depardieu

Ses états de service parlent pour elle. Ses débuts fulminent. Fin des années 70, Bertrand Blier le provocateur l’enrôle dans Calmos en soldate se proposant de castrer Jean-Pierre Marielle et Jean Rochefort. «Ah, c’était un beau rôle! Il m’avait vue au théâtre, je l’avais fait rire et il m’a engagée. Puis le destin… il a repensé à moi pour Préparez vos mouchoirs.» De quoi se faire traiter de «gueule de Bernadette» par Gérard Depardieu. Cela ne l’empêchera pas de retrouver «le Gros» dans Buffet froid. Il y aura d’autres prestations pétaradantes, mais jamais au point d’exploser en tête d’affiche. Hormis un authentique nanar, Comment passer son permis de conduire, en 1980, qui régale encore son sens de l’ironie.

A l’époque, les agents ne se bousculent pas dans le sillage des puissants, à ourdir les montages financiers et les affiches prestigieuses. La célèbre formule, «Appelez mon agent!» reflète le dédain des stars pour la profession, enclines à considérer ces manipulateurs de l’ombre comme des intermédiaires bienveillants, au pire, des sous-fifres exécutants d’exigences capricieuses. «Avant de lire le scénario de Dix pour cent, je ne me doutais pas de ce qui se trame aujourd’hui, confirme l’espiègle aïeule. J’ai un agent, bien sûr, mais pas dans une grosse agence si luxueuse, je suis dans une petite boutique tranquille. Néanmoins, je trouve ça utile de ne pas avoir à marchander sur sa personne. Je préfère qu’un autre calcule pour moi, je n’aime pas parler argent.»

«Toute ma vie se rapporte à des histoires singulières»

A 84 ans, Liliane Rovère déteste les laïus à la «C’était mieux avant». Expansive à l’écran, discrète à la ville, elle parle couramment le yiddish, n’en dira pas plus, projette des Mémoires. «Toute ma vie se rapporte à des histoires singulières, de la tristesse du blues au plus joyeux. Comme partout. Ma biographie, ça risque d’être une longue affaire.» Avec dérision, elle avoue avoir commencé et renoncé avec autant d’enthousiasme. «Le soufflé retombe, j’aime le mijoté. En même temps, je veux de l’impro libre, pas un catalogue. Ça n’intéressera que si c’est bien écrit, non?»

La qualité du style reste sa base. Dix pour cent a attiré plus de 5 millions de spectateurs, figure désormais sur la plate-forme Netflix. Les célébrités, d’Isabelle Adjani à Fabrice Luchini ou Juliette Binoche, n’ont pas boudé la saison 2. «Parce que les scénarios visent à être spirituels, pas méchants. Et le public adore mater les coulisses.»

Prête à rempiler pour une troisième tranche, l’Arlette ronchon de l’agence ASK? «Mais oui, ces jeunes font bien le job, la petite (Camille) Cottin est délicieuse, et en plus, ça circule bien entre nous.» Même s’il faut s’appuyer sur le chien. «Dans Dix pour cent, il s’appelle Jean Gabin, une idée géniale! En vrai, ce cabot d’Hector a un dresseur rien qu’à lui et passe son temps à me voler les scènes.»

Dix pour cent, saison 2, 6 X 50’, RTS, dès ma 18, 22 h, France 2, dès me 19, 21 h.

(TDG)

Créé: 16.04.2017, 11h32

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: il fera beaucoup plus chaud et sec en 2050
Plus...