Khaleesi est-elle une figure féministe?

Game of ThronesSouveraine et cheffe de guerre, la «mère des dragons» incarne la force féminine dans la série. Mais une guerrière amoureuse perd sa tête, nous rappellent des spécialistes de littérature.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

ARCHIVE: Daté du 5 avril 2014, cet article s'intéressait aux figures féminines présentes dans la série Game of Thrones. Au lancement de la dernière saison, il est utile de se demander si les choses ont changé depuis.

Derrière chaque grand homme se cache une femme. Dans les séries télévisées, l’adage est vieux jeu: les personnages féminins délaissent les seconds rôles et s’imposent au premier plan. La série Game of Thrones fait la part belle aux femmes, nombreuses et très différentes les unes des autres. Outre Arya, la fillette aux allures de garçon manqué qui s’illustre par sa bravoure et sa maîtrise de l’épée, la coqueluche absolue des téléspectateurs reste Danaerys Targaryen, mère des dragons. Plus connue sous son nom honorifique de Khaleesi, terme qui signifie «reine» en langue Dothraki, la jeune fille soumise à son frère s’est muée en cheffe de guerre au grand cœur. Adorée par ses troupes, elle se montre impitoyable avec ses ennemis.

«Dominante», mais pas féministe

C’est grâce à ce rôle que l’actrice de 26 ans Emilia Clarke a récemment été élue «femme la plus désirable de l’année» selon le magazine AskMen, qui a sondé plus d’un million de participants. «Elle est cool: froide et dure à l’extérieur, chaudasse à l’intérieur. En plus elle a des dragons!» plaisante Georges*, 39 ans, employé de banque à Genève. «Au contraire de l’épouse de Robb Stark qui est insignifiante, Khaleesi montre un fort caractère. Puissante, dominante, elle sait ce qu’elle veut», apprécie quant à lui Maël, 26 ans, fan de la série et de la blonde guerrière. Loin de n’incarner qu’un objet de fantasme masculin, elle a aussi inspiré des familles pour le prénom de leur nouveau-né: en 2013, deux petites Khaleesi ont vu le jour en France voisine.

Jeune veuve, mère des dragons et reine sans roi, Khaleesi serait-elle une nouvelle figure de proue du girlpower? «Game of Thrones met en scène de nombreux personnages féminins, pourtant on ne peut pas dire qu’il s’agit d’une série féministe, estime Loïse Bilat, assistante en sociologie de la communication et des médias à l’UNIL.

Même si elle occupe un rôle principal et est moteur de l’action, Khaleesi correspond au canon de beauté classique des femmes dans l’industrie cinématographique.» La sociologue souligne que «les importantes scènes de nudité (5,6 seins par épisode en moyenne, selon un décompte de passionnés) respectent les codes traditionnels. Il s’agit de montrer que les femmes sont bien féminines.» Et Arya, alors? «Les enfants, comme les femmes âgées, n’appartiennent pas à cette catégorie, car n’ont pas pour vocation de susciter le désir. Leur personnage peut donc plus facilement s’affranchir du modèle féminin», répond Loïse Bilat. Les héroïnes de fiction sont en général traversées par l’affect, contrairement aux héros masculins, autosuffisants en amour: «La violence dont elles peuvent être les instigatrices doit se justifier par la passion pour un homme ou l’instinct maternel, comme Beatrix Kiddo dans Kill Bill

Reine, guerrière, sainte ou fée

Yasmina Foehr-Janssens, professeure ordinaire de français médiéval à l’UNIGE, constate également que «les codes romanesques n’ont pas beaucoup changé: dans la littérature du Moyen Age, les femmes qui n’occupent pas un rôle effacé font partie de catégories bien définies. Il y a la souveraine et la guerrière, des modèles inspirés de l’Antiquité, comme Didon ou les Amazones. La sainte, qui tire sa valeur à refuser le mariage, et enfin la fée, modèle celtique, comme Mélusine de Poitou.» Mais une menace tragique plane systématiquement sur ces personnages: «Une femme ne peut cumuler les fonctions. Reine admirable de Carthage, Didon sombre dans la folie en s’abandonnant à son amour pour Enée, ce qui précipite sa chute et celle de sa cité.»

Khaleesi, à la fois reine, guerrière et dotée de pouvoirs surnaturels, sombrera-t-elle par amour, ou parviendra-t-elle à dépasser ses affects pour incarner une héroïne progressiste?


Les héroïnes révèlent des actrices… et vice versa

Khaleesi n’est pas le seul personnage féminin d’heroic fantasy à avoir révélé l’actrice l’interprétant au grand public, et à avoir conquis le cœur des fans. Souvenez-vous d’Arwen, elfe immortelle et promise du valeureux Aragorn, incarnée par la belle Liv Tyler dans l’adaptation cinématographique du Seigneur des anneaux. Entre 2000 et 2010, 65 petites filles ont été baptisées Arwen en Suisse, selon l’Office fédéral de la statistique, contre 0 les années précédentes, et seulement 3 dans les années 70, à la sortie de la saga de Tolkien.

Sarah Michelle Gellar a quant à elle fasciné toute une génération au début des années 2000, grâce à son rôle de chasseuse de vampires en Buffy.

La jeune actrice Emma Watson a également popularisé le personnage très avant-gardiste d’Hermione, apprentie sorcière et meilleure amie de Harry Potter dans les films tirés des livres du même nom. «C’est une figure féminine qui ne se sert pas de ses charmes pour se sortir de situations difficiles, mais de son intelligence», note Loïse Bilat, sociologue de l’UNIL. «Hermione est superjolie, c’est la plus maligne des trois amis, et elle est courageuse», résume Maël, également adepte de Khaleesi. Les années 2000 sont les seules où sont nées des Hermione en Suisse, au nombre de 6. Là encore, l’influence de l’actrice y est pour beaucoup.

Plus récemment, Jennifer Lawrence a été révélée par son rôle de Katniss Everdeen, la surdouée du tir à l’arc dans la saga fantastique Hunger Games. Les femmes fortes, courageuses, puissantes et moralement irréprochables ont la cote. Surtout si les actrices qui les incarnent sont belles.

Créé: 15.04.2019, 13h53

Articles en relation

A Genève, des historiens fans de séries comme «Game of Thrones»

Unige La Maison de l'histoire s'est fait une spécialité de l'étude des séries télévisées. Elle a analysé Game of Thrones mais aussi Zorro, ou Kaamelott. Plus...

Game of thrones pour les nuls

Télévision La RTS diffusera dès lundi la 8e et dernière saison. Dernière occasion de se mettre à jour pour ceux qui ont été épargnés par la série. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...