Passer au contenu principal

Suivez le guide et visez les comédiens

Chaque dimanche, le rideau du théâtre s’ouvre sur l’histoire de Genève et de ses grands personnages.

Genève le 9 juillet 2017Les balades touristiques théatralisées en ville de Genève.© Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 9 juillet 2017Les balades touristiques théatralisées en ville de Genève.© Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 9 juillet 2017Les balades touristiques théatralisées en ville de Genève.© Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 9 juillet 2017Les balades touristiques théatralisées en ville de Genève.© Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 9 juillet 2017Les balades touristiques théatralisées en ville de Genève.© Steeve Iuncker-Gomez
Genève le 9 juillet 2017Les balades touristiques théatralisées en ville de Genève.© Steeve Iuncker-Gomez
1 / 15

«Suivez le guide et serrez-moi, j’aime ça!» Docile, la petite troupe enserre le meneur, parapluies emmêlés, pour ne pas perdre une goutte de ce qu’il va raconter tout au long de la visite. Nous sommes un dimanche matin à onze heures tapantes, au pied du monument Brunswick.

De la Lake Parade qui s’est trémoussée la veille à deux pas de là ne restent que des barrières vauban sagement alignées. Si le décor n’a pas changé depuis samedi, ceux qui l’habitent ne sont plus du tout les mêmes. Difficile de compter sous la pluie tous les touristes qui vont et viennent autour de la rade.

Le duc et l’anarchiste

Parmi tous ces curieux qui s’agitent, un groupe d’une vingtaine de personnes patiente au pied du mausolée néogothique du duc de Brunswick. Enfants et adultes portent un badge avec les lettres BTT. Comme «Balades touristiques théâtralisées». Ils attendent que le spectacle commence. Bientôt, le guide s’efface discrètement et c’est le duc en personne, en habits d’époque, qui vient clamer devant l’assemblée son désarroi de ne pas avoir été couché dans son monument la tête face au lac, comme exigé dans son testament. Un crime de lèse-majesté pour celui qui légua, un peu par hasard, sa gigantesque fortune à Genève.

La prestation, interactive, sait conjuguer les faits historiques, les bons mots et les clins d’œil. Les spectateurs gloussent à certaines répliques, lèvent les sourcils de surprise, applaudissent. Fin de la première station.

La petite troupe quitte alors un duc pour découvrir un anarchiste, Luigi Lucheni, sur le lieu même où il assassina l’impératrice Sissi. Puis tout le monde se déplace en contrebas, sur le débarcadère de la CGN, pour suivre le jugement du régicide italien et l’évocation de la vie de l’impératrice mélancolique par celle qui assista à ses derniers moments.

Statues et comédiens

Il y aura ainsi sept stations et neuf comédiens, en costumes, pour faire revivre, près de leur statue, des personnages qui ont compté dans l’histoire de la Cité. La balade de deux heures environ sera souvent ponctuée de «Suivez le guide et serrez-moi, j’aime ça!»

On le serre donc volontiers jusqu’à l’île Rousseau où les jardiniers se demandent, aujourd’hui encore, pourquoi la statue du grand homme tourne si ostensiblement le dos au lac. Et on ne le lâchera pas d’une semelle lorsque Divico, le chef de l’armée des Helvètes, fera face à Jules César en l’Ile, de l’autre côté du Rhône.

Un fleuve qui sera vite franchi ce dimanche pour aller suivre un dialogue instructif sous le buste d’Henry Dunant, puis faire connaissance, aux Bastions, de Marie Dentière. Une protestante étonnante qui n’a pas trouvé place sur le mur des Réformateurs. La balade se terminera à la Treille, où les spectateurs pourront féliciter Charles Pictet de Rochemont, de retour de négociations capitales.

Ce circuit original a été imaginé par Daniel Sepe, qui officiait dimanche comme souffleur, avec Patrick Brunet à l’écriture et à la direction d’acteurs. Le guide qui aimait être serré, c’était lui aussi! Cette balade touristique théâtralisée a lieu par tous les temps et ravit même ceux qui croient bien connaître Genève.

«Balades touristiques théâtralisées», tous les dimanches, toute l’année, billets au Tourist Information Centre, www.balades-touristiques-theatralisées.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.