Une stèle permet d’expliquer l’économie de l’Egypte des pharaons

Exposition Les Egyptiens de l’Antiquité ont pratiqué le troc jusqu’à ce que les Grecs les incitent à battre monnaie.

Statuette en bois peint d'une porteuse d’offrandes - peut-être des pains- datant du Moyen-Empire (XIX-XVIIIe s. av.J.-C.)

Statuette en bois peint d'une porteuse d’offrandes - peut-être des pains- datant du Moyen-Empire (XIX-XVIIIe s. av.J.-C.) Image: FGA/A. LONGCHAMP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Son absence n’échappera pas aux habitués de la salle égyptienne du MAH: la statue monumentale de Ramsès II a mis les voiles. Ce n’est certes pas en felouque qu’elle a descendu le Rhône, mais elle aurait pu. Le fleuron de la collection a été prêté au Musée antique d’Arles jusqu’à la fin de janvier 2017. «Nous avons échangé notre Ramsès contre leur César!» résume Jean-Yves Marin, le directeur, qui s’apprête à accueillir l’illustre empereur romain en 2019.

Un échange de bons procédés qui a permis de mettre en place, dans l’espace laissé libre par Ramsès II, une installation intelligente sur le thème du… troc: 3000 ans sans monnaie se compose de quatre vitrines et d’une table tactile. Jean-Luc Chappaz, conservateur en charge des collections d’archéologie, a pris appui pour sa démonstration sur une pièce prêtée par la Fondation Gandur pour l’art (FGA): «Il s’agit d’une stèle de donation du Nouvel Empire, en calcaire, datant du XIIe siècle av. J.-C. Elle représente le pharaon Ramsès III en train d’honorer une statue du dieu Amon qu’il a fait ériger pour le 25e anniversaire de son règne. Installée à l’entrée du temple, elle servait d’intercesseur entre la divinité et les fidèles, et faisait l’objet d’un culte qu’il fallait doter.»

Redistribution des richesses

Le texte permet de comprendre le fonctionnement du système économique de l’Egypte antique, basé sur la redistribution des richesses: un domaine agricole «grand comme deux fois les Bastions» est offert au fils du pharaon, qui en confie la gérance à l’un de ses sujets. Les revenus provenant du travail de la terre permettent de pourvoir au culte, mais aussi aux besoins du personnel du temple et des paysans qui travaillent sur le domaine. L’administration prélève des impôts, tout ça en nature.

L’économie égyptienne repose en effet sur le troc. Ce n’est qu’au IVe siècle av. J.-C. que les pharaons se sont mis à battre monnaie, contraints de payer leurs mercenaires grecs en pièces d’or, d’argent et de bronze. L’exposition permet ainsi d’admirer un des rares spécimens de monnaie gravée de hiéroglyphes: un collier d’or et un cœur, signifiant approximativement or véritable, or de valeur. Elle met aussi en exergue l’importance de l’agriculture à cette époque.

«3000 ans sans monnaie» MAH, rue Charles-Galland 2, jusqu’en janvier 2017. Tous les jours de 11 h à 18 h sauf le lundi. Entrée libre.

(TDG)

Créé: 11.10.2016, 18h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.