Sous la loupe – La Création d’Adam

Tribune des ArtsAvant Michel-Ange et le plafond de la chapelle Sixtine, jamais les écrits de la Genèse n’avaient été mis en images avec autant de force et d’audace.

Image: Getty

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Rome, an de grâce 1508. Jules II, dit «le pape guerrier», est bien décidé à rendre toute sa gloire et sa magnificence à la capitale de la chrétienté. Et c’est un artiste, le Florentin Michel-Ange, qui se révélera être sa meilleure arme. Sa mission: décorer le plafond de la chapelle Sixtine, près de la basilique Saint-Pierre, soit une surface voûtée de 40 m sur 13, perchée à plus de 20 m de hauteur. Pour l’heure, elle revêt l’apparence d’un ciel étoilé. Trop peu pour un lieu qui sert de siège au conclave lors des élections papales! Sauf que l’artiste en question, alors âgé de 33 ans, se veut exclusivement sculpteur. Il ne sait pas encore que son génie s’étend au-delà. Reste à savoir s’il est vraiment en position de refuser.

Cliquez pour agrandir

Il s’agit de peindre les douze apôtres, en privilégiant un décor central purement géométrique et ornemental. Mais tant qu’à accepter, autant se montrer plus audacieux. Et l’homme a du caractère. Tant et si bien qu’il obtient carte blanche. Au final, sa fresque, quasi tout entière dédiée à la Genèse, comptera 150 scènes et 343 personnages, répartis sur neuf tableaux principaux. Avec, au centre, la célébrissime et très parodiée Création d’Adam. Le pape est ébahi. Jamais on avait vu une telle explosion de couleurs et de détails dans une fresque. Jamais l’expression des corps et des gestes n’avait brillé de tant de force. Jamais tant de nus n’avaient flotté au-dessus d’un pape. Ce qui ne plaira pas à tout le monde...

Michel-Ange mettra près de quatre ans à exécuter son chef-d’œuvre. Quatre ans de souffrance intense à peindre à bras levé, le crâne vissé au dos et le visage inondé de peinture. Dormant et mangeant sur l’échafaudage construit pour accéder au plafond. Le soir venu, il poursuivra coiffé d’un chapeau surmonté de bougies. Dans un atelier aux allures de cave humide et froide, où règne le dénuement total et où ne l’assistent que deux élèves cantonnés aux tâches techniques et au recopiage des dessins du maître. Des dessins directement inspirés de ses sculptures. Aujourd’hui, ils sont 28 000 visiteurs à se figer chaque jour la bouche ouverte sous ce défi d’un autre temps. En particulier, sous ce face-à-face de l’Homme et de Dieu, prêts à se toucher du bout du doigt.

Vigoureux vieillard

Pas d’attributs royaux. Pas même de trône sur lequel il exerce, immobile, son pouvoir absolu. Humanisé, Dieu emprunte ici les traits rassurants et paternels d’un sage vieillard à la barbe grise. Mais dont le corps vigoureux s’avère aussi musclé que celui d’Adam. Au point que sa respectueuse tunique a bien du mal à en masquer les contours. Une marque de puissance exacerbée par cette volonté farouche, cette tension vers l’avant de tous ses membres que la nuée d’anges semble d’avantage vouloir retenir que soutenir.

Le don de la vie

Face à la fougue de Dieu, Adam brille par sa léthargie. Alangui dans la perfection et l’innocence de son corps nu – image même de sa filiation divine –, il tend mollement l’index. Au point de devoir s’appuyer sur son genou. Tout juste arraché à la poussière d’un sol à peine créé, il est une coquille encore vide de ce flux vital offert à bout de doigt et qui va l’éveiller au monde. Si l’effet de miroir entre les corps est réel, témoin que l’homme est à l’image de son créateur, les doigts ne se touchent pas. Semblables. mais pas identiques!

Ève ou Marie?

Étrange présence que cette jeune femme au milieu des chérubins. Enlacée par le bras protecteur de Dieu, elle ne manque pas une miette du miracle. Est-ce la Sagesse, présidant à toute la Création? Est-ce Marie, mère de Jésus, lequel serait l’enfant que Dieu tient par l’épaule? Doit-on y voir l’annonce de l’avènement du Christ qui nous délivrera du péché originel à venir? Ou est-ce Ève, attendant d’être incarnée à son tour? Ce qui sous-entendrait que pour Michel-Ange, elle a toujours été dans les plans divins, au même titre qu’Adam.

Utérus ou cerveau?

Puisqu’il est question de don de la vie, difficile de ne pas voir dans ce manteau – rouge comme le sang – la forme d’un œuf ou d’un utérus. Et dans ce voile vert qui s’en échappe, celle d’un cordon ombilical. À moins de s’allier à l’avis du Dr Frank Lynn Meshberger qui, en 1990, déclarait que ladite forme avait tout d’une coupe transversale du cerveau humain, avec l’artère vertébrale. De quoi suggérer que Dieu a insufflé l’entendement à l’humanité. Farfelu? Pas quand on considère les vastes connaissances anatomiques de l’artiste.

Retrouvez d'autres articles sur l'art sur Tribunedesarts.ch.

Créé: 07.07.2019, 19h44

Articles en relation

Le regard de trois photographes sur l'EPFL

Portfolio Pour ses 50 ans, l’école s’illustre dans un livre mêlant son passé et son avenir. Une exposition complète le tableau. Plus...

Revilliod pensait que c’était un Raphaël

Décryptage Lorsqu'il a acheté cette «Vierge au chardonneret», le mécène de l'Ariana croyait qu'il s’agissait d’une variante authentique du tableau visible aux Offices à Florence. Plus...

Un tableau disparaît mystérieusement lors d’un déménagement

Eaux-Vives La toile avait été déposée temporairement sur le trottoir. Pour la retrouver, ses propriétaires offrent une récompense. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...