La Société des arts dépoussière ses archives

Exposition Le public est invité à découvrir tout un pan de l’histoire genevoise, niché au Palais de l’Athénée.

Ces collections méconnues représentent l’ADN de la Société des arts.

Ces collections méconnues représentent l’ADN de la Société des arts. Image: Jeremy Bierer

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La plupart des Genevois connaissent le Palais de l’Athénée, voisin du Palais Eynard, au pied de la Vieille-Ville. Mais combien savent que ce bâtiment a été construit pour abriter la Société des arts? Depuis sa fondation il y a 240 ans, l’organisation a accumulé un vaste fonds de livres, lettres, tableaux, gravures et objets divers qu’elle vient de commencer à répertorier. Pour l’occasion, le public est invité à découvrir la richesse de cet ensemble à travers l’exposition Lumière! Incursions dans les collections de la Société des arts.

«Cela représente non seulement l’ADN de notre Société, mais aussi tout un pan de l’histoire de Genève et un vaste terrain de recherches dans le domaine de l’histoire, de l’histoire de l’art et de l’économie», souligne le secrétaire général, Etienne Lachat. Car dans ces archives, il est autant question de dessin, de peignes, d’engrenages horlogers que de… fourrage pour bétail. «La Société a été créée pour faire dialoguer le savoir savant et la pratique de l’artisan, explique Sylvain Wenger, commissaire de l’exposition. Par exemple, en recherchant la forme et le matériau optimaux pour un soc de charrue.»

Pourtant, explorer ces fonds n’est pas chose facile, puisqu’il n’existe aucun catalogue. Sylvain Wenger en a fait l’expérience lors de la préparation de sa thèse. «Il fallait demander à des membres de la Société où aller chercher telle information… Et certains documents n’ont pas été ouverts depuis des années!»

Pour y remédier, un inventaire des collections se trouvant au Palais de l’Athénée a débuté au printemps 2016, et se poursuivra sur plusieurs années. «L’objectif est de les mettre à disposition du public et des chercheurs», souligne Sylvain Wenger. Un répertoire en ligne sera aussi créé. Mais certains n’ont pas attendu qu’elles soient archivées pour s’y plonger, comme en témoigne dans l’exposition une sélection de travaux de recherche.

Conçue comme une vitrine de l’inventaire en cours, Lumière! permet de faire mieux connaissance avec la Société des arts. La présentation est organisée autour de ses différentes activités, qui n’ont pas beaucoup changé à travers les siècles. Forte de 600 membres, l’organisation monte des expositions, remet des prix artistiques, programme des conférences, des concerts et des visites. Mais désormais, elle souhaite également développer la transversalité entre ses trois pôles de compétence: les beaux-arts, l’agriculture et l’art de vivre, l’industrie et le commerce. «Notre société est le lieu tout indiqué pour les faire dialoguer, et amener ainsi de nouvelles perspectives», estime Etienne Lachat. Un vrai retour à l’esprit d’origine.

«Lumière!» exposition jusqu’au 26 novembre au Palais de l’Athénée, 2, rue de l’Athénée. Du ma au ve de 15 h à 19 h, sa de 14 h à 18 h. www.societedesarts.ch

Créé: 09.11.2016, 19h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...