Sang neuf à Saint-Gervais: une saison de 27 spectacles pour un abo à 100 francs

Saison 2018-2019Successeure de Philippe Macasdar, Sandrine Kuster entend mettre autrement à profit le principal théâtre de la rive droite.

Sandrine Kuster souffle un vent de fraîcheur sur St-Gervais.

Sandrine Kuster souffle un vent de fraîcheur sur St-Gervais. Image: ENRICO GASTALDELLO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La jeunesse n’est pas toujours une affaire d’âge. Souvent, un simple changement, une nouveauté suffisent à l’insuffler. Après le long et fécond règne de Philippe Macasdar sur le Théâtre Saint-Gervais, impossible de ne pas percevoir l’entrée en scène de Sandrine Kuster, 52 ans (contre 59, seulement), comme une renaissance. Graphisme, logo, site Internet et aménagement intérieur réinventés, fonctionnement repensé, ambiance régénérée. Celle qui revendique avoir «grandi» entre les murs de l’immeuble rive droite imprime d’emblée sa personnalité sur la nouvelle page de l’histoire qui s’écrit.

Finis les «Journées de la mémoire» et autres «Ici, c’est ailleurs». Effacées les lettres étalées sur la façade extérieure. Interrompues également, les résidences d’artistes… Bienvenue, en revanche, à Matteo Venet et Alex Dujet, responsables d’une identité visuelle toute vierge. Ou aux artistes récemment repérés dans son ancien fief lausannois de l’Arsenic par une Sandrine Kuster formée à l’école Serge Martin, collaboratrice de la compagnie genevoise des Basors, codirectrice un temps du Théâtre de l’Usine, puis programmatrice de La Bâtie au début des années 2000. Et salut, aussi, à l’introduction d’un abonnement à 100 francs qui donne accès à l’ensemble de la saison (27 titres pour 125 représentations), ainsi qu’à des rabais dans 16 autres institutions de la ville. Appel d’air.

Un œil sur le programme? «L’évidence, ici, c’est l’acteur, c’est l’humain: le plateau du 2e sous-sol est fait pour le corps à corps», affirme Kuster. Ainsi, l’affiche de saison, plus dense, se concentrera sur l’interprète – qu’il soit «poète, fou, écorché ou fort en gueule». Sous la forme, majoritairement, de solos, que performeront tour à tour l’exubérante Marion Duval, le jubilatoire Pierre Mifsud, la frontale Laetitia Dosch, l’Espagnole Agnès Mateus, le Belge Benny Claessens, la vocale Renée Van Trier, le captivant Jonathan Capdevielle, le proustien Yves-Noël Genod, la pétulante Anna Lemonaki, le technophile Joël Maillard.

«Je ne suis pas une thématique», clame Sandrine Kuster au nom de sa première saison, qu’elle a conçue avant tout pour «prendre la température du public». Aussi, ses choix se sont portés sur des personnes, dont elle souhaite disséminer les talents. À travers, notamment, la reprise de trois «réussites artistiques» déjà programmées sur terres vaudoises: «L’Effet de Serge», du Français Philippe Quesne acclamé lors des dernières Bâtie, qui ouvrira la saison en fanfare le 21 septembre, l’«Adishatz» du précité Jonathan Capdevielle, pour quelques séances en décembre, et le radical «Pachinko» d’Aurélien Patouillard. Certains artistes seront également crédités à plusieurs reprises, façon de souligner leur polyvalence: ce sera le cas de la susnommée comédienne Marion Duval, présente cinq fois dans l’année, mais également de Pierre Mifsud, Yves-Noël Genod ou Matteo Zimmermann. Pour conclure, on ne saurait manquer les nouvelles productions des metteurs en scène devenus influents dans nos contrées: on pense entre autres au «Titre à jamais provisoire» de Guillaume Béguin…

Théâtre Saint-Gervais Grande fête d’ouverture le vendredi 21 septembre. Programme détaillé et billetterie sur www.saintgervais.ch

Créé: 21.06.2018, 18h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.