Passer au contenu principal

Sami Kanaan présente son bilan de législature

Dans un rapport d'une quarantaine de pages, le magistrat chargé de la Culture et du Sport détaille les actions menées depuis 2015 par son département.

La Saga des Géants est passée par Genève en 2017.
La Saga des Géants est passée par Genève en 2017.
Frank Mentha

À la mi-mars, les citoyens de la Ville de Genève renouvelleront leur Conseil administratif. Seul élu sortant à se représenter, le socialiste Sami Kanaan a opportunément choisi de soumettre à la presse, jeudi, un rapport résumant les cinq dernières années d’activité de son Département de la culture et du sport (DCS). Le document fait état des réalisations qui ont marqué la législature, se concentrant sur les cinq axes fixés dans une feuille de route en début de mandat – les publics, la création et l’innovation, le rayonnement et le rôle sociétal de la culture et du sport.

En préambule, le magistrat rappelle que le contexte financier aura été «chahuté». Le budget municipal a fait l’objet, en 2016, 2017 et 2018, de référendums ou de votes retardés imposant le «délicat exercice de gestion en 12e provisionnels». Les Genevois ayant soutenu dans les urnes un financement fort de la création culturelle, il y voit le signe de la nécessité de son maintien: les subventions attribuées aux acteurs culturels représentent, pour 2020, près de 23% du budget total du DCS, qui culmine à 315 millions de francs.

Concernant les publics, le magistrat s’est félicité de la bonne santé des musées, qui ont dépassé pour la première fois la barre du million de visiteurs annuels. Il s’est réjoui du renforcement des outils de médiation à destination des grands et des petits et des personnes migrantes, ainsi que du développement des manifestations dans l’espace public ou des installations d’œuvres d’art dans les rues ou les parcs. Les très actuelles préoccupations environnementales et problématiques de genre ne sont pas oubliées, notamment et respectivement au sein du Jardin botanique et dans le cadre du festival Les Créatives.

Événements, constructions et rénovations

Le texte rappelle aussi les grands événements qui ont jalonné le mandat. Les Géants de la compagnie Royal de Luxe ont arpenté le pavé de la Cité et celui de Carouge à l’automne 2017, quelques semaines avant le lancement de la première édition de la biennale photographique No’Photo. Il souligne encore quelques constructions et rénovations d’importance: la salle de l’Alhambra a été inaugurée en juin 2015 et le Grand Théâtre (GTG) entièrement rafraîchi, tandis qu’on attend pour cette année l’ouverture de la nouvelle Comédie ainsi que celle du Pavillon de la danse. Le document mentionne le début du déménagement des collections patrimoniales au dépôt du Carré Vert, sans toutefois évoquer le fait qu’il a été stoppé net à cause de fissures dans le ciment des sols.

Par ailleurs, plusieurs scènes et trois grandes institutions ont vu leur direction renouvelée. Le conseiller administratif promet qu’Aviel Cahn, aux commandes du GTG, Frédéric Sardet, à la tête de la Bibliothèque de Genève, et Marc-Olivier Wahler, au gouvernail du Musée d’art et d’histoire (MAH), feront «souffler un vent nouveau de création sur la cité et au-delà».

Le deuxième directeur reprend une situation délicate après le départ houleux de son prédécesseur. Et le dernier a pour tâche ardue de piloter la mue de la vénérable maison sise à la rue Charles-Galland, dont le projet d’agrandissement a été sèchement refusé en votation il y a trois ans.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.