«L’âne et le ruisseau» ou l’art du hiatus

CritiqueChristian Geffroy Schlittler monte la dernière pièce d'Alfred de Musset en suivant un régime dissocié.

Julie Kazuko Rahir, Christian Geffroy Schlittler,David Gobet et Anne Comte se retiennent pour mieux s'aimer.

Julie Kazuko Rahir, Christian Geffroy Schlittler,David Gobet et Anne Comte se retiennent pour mieux s'aimer. Image: ISABELLE MEISTER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Halte là! Courez toutes affaires cessantes vénérer la splendide créature à deux têtes née sur la scène du Théâtre Saint-Gervais! Allez applaudir L’agence Louis-François Pinagot, en résidence dans l’établissement, pour son expérience réussie de fission nucléaire! Vous ressortirez avec l’impression d’avoir vu deux spectacles pour le prix d’un, le second se frottant au premier dans un jaillissement des sens.

Christian Geffroy Schlittler vous sert avec cet Ane et le ruisseau qui semble tiré du cycle des Comédies et proverbes d’Eric Rohmer une double tartine de crunchy peanut butter (pour le croquant) et de confiture aux fraises (pour la suavité). Avec ses trois confrères Anne Comte, David Gobet et Julie Kazuko Rahir, il interprète sous sa propre direction une pièce posthume (1855) du romantique Alfred de Musset. Un texte qui dit l’inusable tiraillement entre le désir d’engagement et le besoin d’atermoiement qui déchire les amoureux à travers les siècles. Par-dessus, Schlittler applique des consignes de jeu en totale rupture, qui font remuer les comédiens comme dans une transe caricaturale des codes sociaux actuels. Au cœur du hiatus ainsi créé par la dissociation, bouillonne un ruisseau qu’on se délecte d’enjamber.

Contrairement aux personnages, ces «ânes» qui hésitent à franchir le pas. Le pitch parlera aux ados de tous temps, de tous âges et de tous sexes: deux couples oisifs attendent de se marier après s’être déclarés; le délai se prolonge; un stratagème destiné à accélérer le processus amène les futurs époux à se croiser; le jeu des alliances révèle l’insoluble tension entre liberté et accomplissement. Et loue le règne de l’incertitude sur toutes les strates de la vie. L’Ane et le ruisseau Théâtre Saint-Gervais, jusqu’au 23 mai, 022 908 20 00, www.saintgervais.ch

Créé: 15.05.2015, 20h15

Articles en relation

Mad Max passe la quatrième

Critique Après trente ans d'éclipse, le desperado opère un come-back gagnant. Avec armes, femmes et bagages. Plus...

1865: un maître de ballet genevois fait danser les vignerons

Chronique historique Le travail de Benjamin Archinard à Vevey fait l'admiration du critique de danse parisien Théophile Gautier. Plus...

«Je suis un saumon», nouvelle devise poétique de Patrick Mohr

Critique Le comédien et metteur en scène genevois s’approprie en musique l’«épopée aquatique» écrite par son précurseur Philippe Avron. Plus...

Iago ou l’infection jalouse

Critique Le Genevois Eric Salama s'attaque à l'un des sommets du théâtre élisabéthain, l'«Othello» de Shakespeare. Plus...

Graphisme du désir

Critique Perrine Valli présente sa nouvelle création, "Une Femme au soleil", sur la scène de l'ADC. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...