Rue Lissignol, la culture met le Baz’Art

FestivalExpos, perfos et concerts ont rendez-vous ce week-end pour la 9e édition

Rue Lissignol, sur les pavés, dans les cours intérieures, aux étages, le festival Baz’Art s’ouvre à tous les publics.

Rue Lissignol, sur les pavés, dans les cours intérieures, aux étages, le festival Baz’Art s’ouvre à tous les publics. Image: Pierre Abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur le bitume, dans les cours intérieures, aux étages, dans les caves, parfois même dans les bouches d’égouts. Baz’Art s’infiltre partout. Rendez-vous unique en son genre, le festival de la rue Lissignol cultive cet esprit frappeur né de la Genève alternative. Ici, la contre-culture est encore un mot sensé. Ici, le visiteur est invité, gratuitement, à explorer à sa guise les recoins du quartier où se dévoileront expos, performances, concerts et autres «curiosités participatives». Une 9e édition à suivre samedi 16 et dimanche 17 juin.

Proche en caractère comme par ses choix de la Cave 12 et du festival Face Z, Baz’Art se fait fort de présenter les nouveautés de la scène locale tout en attrapant quelques beaux oiseaux de passage. Musicalement, le buzz va à l’Anglais Andy Cartwright, alias Seabuckthorn, dont les explorations sonores à la guitare évoquent un certain répertoire d’Inde aussi bien qu’une manière de folk aéré d’ambient (di 15 h). Du côté des Genevois, on relève la présence notable du groupe hip-hop expérimental Ferocious 41, dont les fans transis attendent de pied ferme le prochain album (sa 19 h). Parmi beaucoup d’autres propositions encore, à noter cette prestation d’une virtuose du theremin, Coralie Ehinger, alias Therminal C (di 17 h). La veille du festival, le vendredi déjà, une présoirée accueillera à l’Usine (21 h) le concert quadriphonique de la Colonie de Vacances – quatre groupes jouant tous ensemble, chacun sur une scène, face aux autres.

Des arts visuels et autres interventions inclassables, nombreuses elles aussi, on ne saurait manquer la roue de la fortune d’Esther Rizzo (sa & di, 16 h-20 h), les têtes en papier mâché de Jorge Luis Santiago Flores, la «transe collective» d’un quintet mêlant danseurs et musiciens, Fréquence Moteur (di 16 h 30), comme le travail photo de Marieke Palocsay, 200 gros plans sur les yeux des habitants du quartier, collés sur la vitrine du café Le Phare.

Réouverture du Madone Bar

Lancé en 2010, Baz’Art est issu d’une collaboration avec Pré en Bulle, association animant le secteur Grottes, Cropettes, Montbrillant. Le festival a ceci de particulier qu’il est organisé par les habitants de la rue Lissignol. Une trentaine de personnes au départ, tous artistes par ailleurs. Tous «soucieux du culturel», résument les actuelles coordinatrices de l’événement, Simone Aubert et Claire Mayet. Simone, dont on connaît les talents de musicienne au sein des groupes Massicot et Hyperculte. Claire, céramiste de formation, est pour sa part une plasticienne reconnue. Baz’Art, festival d’artistes pour les artistes? «Au contraire, insiste Simone Aubert, notre fonctionnement va à l’encontre de l’élitisme.» Claire Mayet d’ajouter: «Une grande partie de notre travail consiste à aller chercher les habitants, les commerçants, toutes les personnes impliquées dans la vie de quartier, qu’elles soient concernées ou non par l’art».

Transformer un appartement locatif en scène de concert, installer une expo dans une vitrine de magasin, de l’épicerie zéro déchet à l’arcade de toilettage pour chien, Baz’Art est partout. Y compris dans les chantiers successifs des bâtiments, propriété de la Ville. Les chantiers, la manifestation s’en est fait une raison: «L’espace à disposition se renouvelle sans cesse, c’est devenu une contrainte stimulante», avoue Claire Mayet. À propos de travaux, aux numéros 1 et 3, on devrait retrouver le Madone Bar, haut lieu de la culture alternative dans les années 1990. Retoqué «salle polyvalente», le fameux sous-sol, désormais géré par les habitants de l’immeuble, accueillera ce week-end ses premiers concerts après quinze ans de silence.

9e Baz’Art sa 16 et di 17 juin, rue Lissignol, gratuit. Programme complet: baz-art.ch (TDG)

Créé: 13.06.2018, 17h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le pape à Genève
Plus...