Passer au contenu principal

Le romancier et éditeur français Jean-Marc Roberts est mort

L’homme avait débuté tôt. A côté de ses romans, parfois adaptés à l’écran, il s’était fait le spécialiste des coups éditoriaux. Son dernier livre venait de paraître.

Jean-Marc Roberts. Mieux vaut réussir sa vie que ses livres.
Jean-Marc Roberts. Mieux vaut réussir sa vie que ses livres.
AFP

Drôle d’impression! Le 13 mars sortait chez Flammarion «Deux vies valent mieux qu’une», où l’éditeur et écrivain Jean-Marc Roberts raconte son cancer du poumon. Le 25 mars, l’homme est mort de la manière dont il le prévoyait. Il avait 61 ans, cinq enfants et bien des livres derrière lui. Les siens et surtout ceux des autres. Une de ses dernières entreprises, hautement contestée, aura ainsi été la publication chez Stock, dont il était le directeur, de «Belle et bête» de Marcela Iacub. Un coup médiatique sur Dominique Strauss-Kahn, dont il partageait les juteux bénéfices avec le «Nouvel Observateur».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.