Roberto Saviano et Forest Whitaker animeront le FIFDH

Droits humainsLe Festival du film international sur les droits humains entre en «résistance» et s'interroge sur l'identité suisse.

Forest Whitaker.

Forest Whitaker. Image: VISUAL Press Agency

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Festival du film international sur les droits humains (FIFDH) va explorer à Genève, du 8 au 17 mars, les nouvelles «résistances». Après des critiques récentes contre la Suisse, il va poser la question de l'identité du pays. Les polémiques à la suite des décisions helvétiques sur le Traité d'interdiction des armes nucléaires, le pavillon refusé au bateau de sauvetage Aquarius ou le Pacte mondial des migrations ont incité les organisateurs à vouloir la décortiquer.

«Nous avons décidé de réfléchir» aux questions liées aux valeurs véhiculées par la Suisse, a affirmé jeudi devant la presse la nouvelle responsable éditoriale des débats menés pendant le festival, Caroline Abu Sa'Da. Des «voix dissonantes» vont débattre de cette identité suisse.

Dick Marty et Ruth Dreifuss

Cette responsabilité sera portée par l'ancien diplomate Tim Guldimann, l'ancienne vice-présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Christine Beerli et l'ancien procureur et conseiller aux États Dick Marty. De son côté l'ancienne présidente de la Confédération Ruth Dreifuss s'exprimera sur les projets du Conseil fédéral de durcissement de la lutte contre les organisations criminelles et terroristes en Suisse.

S'il revendique la volonté d'avoir un impact plus largement sur les discussions internationales sur les droits de l'homme, le FIFDH laisse entendre qu'il ne cherche pas à influencer la campagne des élections fédérales. «La Suisse est pointée chaque année» dans le festival, renchérit la directrice Isabelle Gattiker.

La question des armes controversées fabriquées en Suisse utilisées contre les manifestants des «gilets jaunes» en France a été explorée. Il manquait un film pour l'incarner. Peut-être l'année prochaine, glisse Mme Gattiker.

Les femmes mises en avant

De nombreuses productions suisses seront projetées. Parmi elles, trois mettent à nouveau en avant les femmes. Le FIFDH sera ouvert par la haut-commissaire aux droits de l'homme Michelle Bachelet et la secrétaire d'État Pascale Baeriswyl, à l'occasion de la Journée internationale qui leur est consacrée.

Face à un «assaut sans précédent» contre les droits de l'homme, le FIFDH «est peut-être devenu un festival de résistance», relève la directrice. Il veut montrer les nouvelles interrogations politiques, artistiques ou collectives. Et doit faire face chaque année à la pression d'États.

Forest Whitaker oeuvre au Soudan du Sud

Côté participation, l'acteur américain Forest Whitaker viendra parler de son initiative au Soudan du Sud lors d'une rencontre pilotée avec l'organisation internationale de consolidation de la paix Interpeace. Auparavant, il se sera exprimé à l'ONU en marge du Conseil des droits de l'homme avec Mme Baeriswyl.

Dans le cadre de jurys spéciaux pour le FIFDH, Mme Dreifuss rencontrera de son côté des détenus dans deux établissements. Un documentaire autour de la régularisation des personnes sans statut légal à Genève sera montré en première mondiale. Alors que la comédienne française Aïssa Maïga présentera un film dans un centre de migrants.

Financement en augmentation

Autres thématiques abordées, la santé mentale, la spéculation immobilière ou la justice et la réconciliation alimenteront également projections et débats. L'écrivain italien Roberto Saviano participera à une rencontre autour de la première en Suisse d'un film qui met en images son dernier roman.

Alors que le harcèlement mené en ligne par de jeunes journalistes provoque une polémique en France, une discussion autour de cette question est prévue. À l'occasion des 30 ans d'internet, d'autres débats sur le numérique sont annoncés.

Quarante-sept films seront montrés

Au total, 47 films seront montrés, dont 16 en compétition officielle de fiction ou du documentaire. Le jury de fiction sera présidé par la productrice et activiste américaine Pat Mitchell et celui du documentaire par la romancière française Leïla Slimani. Le FIFDH reconduit aussi son élargissement à d'autres arts. Il veut porter également une plateforme pour les cinéastes suisses internationaux.

Le festival poursuit son extension dans près de 30 communes genevoises et dans des dizaines de sites du canton et d'autres régions. La tournée entamée dans 45 pays se poursuivra cette année dans 15 autres. Avec 2 millions de francs, le budget a augmenté d'environ 10%

Créé: 14.02.2019, 17h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...