Le retour de la petite sirène

ThéâtreAvec Valérie Poirier à la plume, Pietro Musillo à la baguette, «Quelqu'un d'autre» ne se démarque malheureusement pas.

Sous les baisers de son mari Anton (Pietro Musillo), Betty (Camille Figuereo) rêve à son amant Markus (Christian Gregori).

Sous les baisers de son mari Anton (Pietro Musillo), Betty (Camille Figuereo) rêve à son amant Markus (Christian Gregori). Image: LORIS VON SIEBENTHAL

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le buffet d’une gare de province, alors que le jingle de la SNCF annonce de nouveaux retards, deux hommes attendent leur train. Le premier, propre sur lui, lit son livre en sirotant un thé; le second, plus cabossé, descend ses verres de whisky. Une fois leur conversation lancée, on les découvre l’un et l’autre obnubilés par leur femme. Leur femme non pas respective, mais commune: tel est l’effet de surprise ménagé par Quelqu’un d’autre. Une même femme, contradictoire, aimée du mari et de l’amant, qui vient de mourir noyée. Et aux obsèques de laquelle se rendent les éplorés.

Fruit d’une commande genevo-genevoise passée par le metteur en scène Pietro Musillo (Hot House, Moonlight, Fool for Love…) à l’auteure Valérie Poirier (Pièces détachées, Palavie…), le huis clos mêle dialogues et narration sur le mouchoir de poche du Crève-Cœur. Betty (Camille Figuereo) y surgit au gré des flash-back, tantôt comme la sage agrégée de philo pêchée par Anton (Pietro Musillo), tantôt comme l’hôtesse de bar délurée mordue de Markus (Christian Gregori).

La question de l’identité obsède aujourd’hui sur les plans aussi bien sociétal, politique, artistique que psychologique. Dommage que le rendu scénique autant que l’écriture de la pièce reposent sur des conventions aussi obsolètes: celle d’une femme tiraillée entre soumission et débauche, et celle d’individualités au mieux entières, au pire dédoublées, en aucun cas fragmentées. On nage ainsi en plein syndrome de la petite sirène – adulée par Betty – que tourmente sa binaire condition humanoïde et pisciforme.

Quelqu'un d'autre Théâtre Le Crève-Cœur, jusqu’au 1er avril, 022 786 86 00, www.lecrevecoeur.ch

Créé: 15.03.2018, 19h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...