Passer au contenu principal

Ils ont ressuscité une légende du reggae

Le groupe genevois Najavibes fait revivre sur scène et en disque un grand artiste jamaïcain, I Kong, né à Kingston en 1947. En concert ce vendredi soir à l'Usine.

Des allures de lutin bondissant et farceur; un crâne de moine bouddhiste sur lequel auraient poussé des tresses interminables; un regard de vieux sage au sourire adolescent. Errol Kong est tout cela à la fois. Mais d’abord une présence miraculeuse que l’on croyait depuis longtemps tombée dans les oubliettes de la musique reggae. Et voilà que, depuis maintenant deux semaines, ce natif de Kingston, né le 18 avril 1947 des amours d’un père chinois et d’une mère d’origine européenne, hante cette ville, la nôtre, à la lumière du jour comme de la nuit.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.