Passer au contenu principal

Regards sociologiques chez Art Bärtschi & Cie

Le photographe vaudois Yann Gross a promené son objectif dans la forêt amazonienne tandis que la peintre espagnole Carmen Calvo fait œuvre de mémoire.

«Tupichua, la femme jaguar» (2015). D'après une légende des Iquitos, au Pérou.
«Tupichua, la femme jaguar» (2015). D'après une légende des Iquitos, au Pérou.
Yann Gross
«Perpera Suruí» (2012). Perpera était le chaman de la communauté de Lapetanha, au Brésil. Il est désormais le portier de l'église évangélique du village et a délaissé ses pratiques chamaniques.
«Perpera Suruí» (2012). Perpera était le chaman de la communauté de Lapetanha, au Brésil. Il est désormais le portier de l'église évangélique du village et a délaissé ses pratiques chamaniques.
Yann Gross
«Perversamente, muy cerquita» (2016). Technique mixte, fer.
«Perversamente, muy cerquita» (2016). Technique mixte, fer.
Carmen Calvo
1 / 6

Dans l’Amazonie de Yann Gross, on rencontre des chamans, une nature luxuriante et des bêtes exotiques, certes. Mais ces représentations attendues ne disent pas ce qu’on attend d’elles. Les sorciers ont désappris les esprits pour porter une cravate, la foisonnante forêt a été vidée de ses populations au profit de multinationales avides et les animaux sauvages sont capturés en vue d’engraissement, si leurs dépouilles écorchées n’attendent pas déjà d’être jetées à la marmite.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.