Recours contre Kanaan

Politique culturelleLa Compagnie Classique accuse le magistrat de procédures de nominations irrégulières aux Théâtres du Grütli et de l'Orangerie.

S. Mitchell et D. Nkebereza attendent de Sami Kanaan qu’il légitime ses processus de recrutement au Grütli et à l’Orangerie.

S. Mitchell et D. Nkebereza attendent de Sami Kanaan qu’il légitime ses processus de recrutement au Grütli et à l’Orangerie. Image: LUCIEN FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le 5 décembre dernier, les coresponsables de la Compagnie Classique, Didier Nkebereza et Stéphane Mitchell, ont déposé un recours en déni de justice contre le chef du Département de la culture et du sport (DCS) de la Ville de Genève, Sami Kanaan. En d’autres termes, le metteur en scène et administrateur culturel ainsi que la scénariste et dramaturge (lire nos éditions du 30 août) somment le magistrat de répondre aux soupçons, communiqués dès septembre, de procédures dysfonctionnelles dans le cadre des nominations des nouveaux directeurs des théâtres du Grütli (à savoir le tandem Giongo-Sugnaux Hernandez) et de l’Orangerie (Andrea Novicov). Le ministre de la culture a ainsi été mis en demeure par les avocats des recourants (Me Romain Jordan et Me Yaël Hayat) de transmettre à la Justice l’ensemble des pièces ayant conduit à ces nominations. «Nous attendons des preuves que les irrégularités constatées n’en sont pas», résument les deux candidats malheureux aux deux postes de direction successifs.

Habilités à ce titre uniquement à attaquer par voie juridique, nos empêcheurs de tourner en rond n’en ont pas après les concurrents retenus, mais après un processus de nomination jugé boiteux. «En notre nom seul, nous avons décidé de nous soustraire à l’omerta qui règne sur la profession théâtrale. Nous faisons notre travail de citoyens démocrates, avec la justice derrière nous, afin de lever le voile sur certaines incorrections», assurent-ils.

Lesquelles? Didier Nkebereza détaille: «Au printemps 2017, la Ville a mis au concours les deux postes de direction. La procédure s’est prolongée, ce qui nous a donné le temps de l’étudier. En ma qualité de chercheur universitaire sur les conditions de productions théâtrales à Genève, je me suis heurté à des vices de forme dans le processus de recrutement». D’après le duo, les règles imposées par la loi des procédures d’attribution des marchés publics n’ont pas été respectées. Possibilité calendaire pour certains candidats, mais pas tous, de déposer leur dossier aux deux postes mis au concours. Absence parmi les membres de la commission de sélection des candidatures d’un quelconque expert dans la direction d’un théâtre. Manque de transparence dans les décisions comme dans l’identité des commissions. Incertitude, donc, quant à leur degré d’indépendance vis-à-vis du magistrat. Au nombre de sept, les chefs d’accusation, à moins d’être dissipés, amèneraient à conclure que «Sami Kanaan gère à lui seul 21 millions de francs provenant des contribuables – soit l’équivalent de trois mandats consécutifs à l’Orangerie (9 ans) et deux au Grütli (6).»

La Compagnie Classique regrette d’autant plus le silence du Département de la culture que le risque augmente avec le temps de voir la justice dénoncer les résultats des procédures. D’invalider les nominations dont la légitimité serait mise en question. Voire d’annuler les saisons 2018-2019 des deux institutions concernées. Quant au DCS, il nous fait savoir qu’il n’a été informé que jeudi du recours déposé contre le conseiller administratif, et qu’il se garde pour l’instant de tout commentaire. (TDG)

Créé: 12.01.2018, 16h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bruxelles veut que ses frontaliers chôment en Suisse
Plus...