Radiographie du Mamco, ce musée qui ose l’altérité

BilanUn livre retrace les vingt-deux ans d’activité de l’institution. Examen rétrospectif de sa pertinence et de sa singularité.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il s’agit, avec ses 3500 m2, du plus grand musée suisse dédié à l’art contemporain. Du plus jeune, aussi, puisqu’il ne vit que son vingt-troisième printemps. Durant ses deux premières décennies d’existence, le Mamco (Musée d’art moderne et contemporain) s’est déployé sous la conduite d’un unique mentor, son concepteur Christian Bernard.

Si plusieurs publications ont vu le jour au cours de son règne, aucune n’avait jamais proposé une compilation du travail de l’institution. Avec la récente parution de Mamco Genève, 1994-2016, cette lacune est désormais comblée.

Cet ouvrage rétrospectif offre l’occasion d’un bilan. Pour questionner la pertinence et la singularité du Mamco, on a convoqué à son chevet Françoise Ninghetto, jusqu’à très récemment sa conservatrice en chef, et Rainer Michael Mason (RMM), historien de l’art et ancien conservateur du Cabinet des estampes – aujourd’hui Cabinet d’arts graphiques – du Musée d’art et d’histoire.

Tous deux fervents protagonistes, au sein de l’AMAM (Association des amis du Mamco) dans les années 70 à 90, de la création d’un espace d’exposition dédié à l’art actuel, ils déchiffrent comment se sont construites ses forces et son identité.

Explorer la différence

Dès son ouverture, le Mamco opère une nette rupture avec ce qui se réalisait ailleurs. «Dans les années 80, en France, il y a eu une floraison de FRAC (Fonds régionaux d’art contemporain), où l’on avait l’impression de voir toujours la même chose, se souvient Françoise Ninghetto. Christian Bernard a instauré une nouvelle manière de travailler l’exposition. Explorer les possibles a été la grande chance de ce musée.» La curatrice relève notamment le côté «citoyen» d’une programmation qui renie le culte du chef-d’œuvre. L’emphase n’y a pas sa place et la hiérarchie usuellement établie entre les grands artistes et les autres est abandonnée au profit d’une monstration démocratique des pièces. «Tout ce qu’on présentait avait la même importance, la même valeur, poursuit-elle. Et on utilisait tous les interstices pour exposer, même les miroirs des toilettes!»

L’ancien directeur accorde à ces juxtapositions d’œuvres la prééminence sur le fil temporel: il faut lire le musée comme un tout. Cette visite non chronologique s’en trouve peut-être moins immédiatement intelligible, mais permet au Mamco d’exister différemment. «Il a osé jouer la carte de l’altérité, résume Rainer Michael Mason. Christian Bernard a compris que, fondamentalement, avec ses moyens limités et sa tradition, il fallait que ce musée, s’il voulait devenir un point de référence, fasse autrement que les autres.»

Artistes de la marge

Cet appétit pour la différence s’exprime également dans le choix des artistes exposés. En philosophe, Bernard a la clairvoyance de s’intéresser à des créateurs qui n’évoluent pas forcément en pleine lumière mais qui correspondent à ce qu’il juge, intellectuellement, important. «Sans cracher dans la soupe générale de l’art, il a montré ce qu’il estimait devoir être vu et qui ne l’était pas assez», souligne RMM. A l’instar de Franz Erhard Walther, fort peu connu en Suisse lorsqu’il y est présenté en 1998, de Jim Shaw, dont la rétrospective occupe presque deux étages en 2000, et, sur la scène locale – avec, pour trame, un souci permanent de dialogue entre Genève et l’étranger – Francis Baudevin ou Fabrice Gygi. Selon Françoise Ninghetto, en parcourant les marges de la notoriété, Christian Bernard a assigné au Mamco un rôle de révélateur, tant pour les artistes que pour le public: «La mission d’un musée d’art contemporain est de cultiver la curiosité, de s’ouvrir au monde, et même de désécuriser.»

Ensembles monographiques

Une autre particularité de l’institution est de s’immerger, dès le commencement, au cœur du travail des auteurs, par le biais d’espaces monographiques, soit des salles conçues par eux et faisant partie de la collection. «Ça nous paraissait être le meilleur moyen d’entrer dans la pratique d’un artiste, en plongeant au cœur de son corpus», explique Françoise Ninghetto. Par exemple, Sarkis y installe dès l’ouverture son Atelier, qu’il vient actualiser fidèlement; Claude Ruteau y a son Inventaire, Xavier Veihlan sa Forêt, et l’Appartement reproduit exactement celui que le collectionneur Ghislain Mollet-Viéville occupa de 1975 à 1991 à Paris.

Singularité des lieux

Enfin, on ne peut évoquer le Mamco sans parler de l’édifice industriel qui lui sert d’écrin. Même s’il nécessite aujourd’hui d’urgentes rénovations, le bâtiment a été judicieusement repensé, tout en conservant ses atours d’ancienne usine. «Ce n’était pas absolument unique mais Christian Bernard en a fait un «topos» particulier, notamment en compartimentant l’espace à une époque où le concept de «cube blanc» prédominait», fait valoir Rainer Michael Mason – il est à noter que ce principe d’ordonnancement intérieur évolue depuis que Lionel Bovier a repris la barre du paquebot.

L’établissement muséal doit peut-être aussi une bribe de sa belle ardeur à la relation symbiotique qu’il a nouée avec le tissu urbain très vivant dans lequel il s’insère. Son installation dans le quartier des Bains a polarisé une nuée de galeries d’art contemporain, comme autant de relais des émergences. «On doit au Mamco d’avoir réussi à accréditer une exigence: il faut regarder le présent, celui d’ici comme celui d’ailleurs, argumente RMM. Quelles sont les autres véritables institutions culturelles créées à Genève depuis cinquante ans? Il n’y en a pas.»

(TDG)

Créé: 30.03.2017, 10h12

L'anthologie manquante

La politique éditoriale de Christian Bernard a, elle aussi, emprunté des sentes atypiques. En vingt ans, le musée a produit une soixantaine d’ouvrages théoriques, analytiques ou fictionnels. A cet inventaire ne figure toutefois aucun catalogue d’exposition et encore moins de chronique exhaustive. Afin de créer un outil qui permette de faire connaître le Mamco, Lionel Bovier s’est attelé à réaliser une première compilation du travail de l’institution, sous la forme d’un «parcours diachronique».
Il ne consiste pas en une histoire totale mais en une présentation des grands événements qui ont rythmé la vie du musée. Conçu en trois parties, le livre est introduit par des réflexions concernant le projet muséal et l’aménagement du bâtiment; une deuxième section revient, en textes et en images (essentiellement inédites), sur une centaine d’expositions; l’opus se conclut avec une vingtaine d’œuvres importantes des collections, en particulier les espaces spécifiques.

«Mamco Genève, 1994-2016» Edition dirigée par Lionel Bovier, Mamco, 2017, 252 p.

Articles en relation

Le Mamco réveille l’esprit de l’art figuratif

Art contemporain «Zeitgeist» réunit une quarantaine d’artistes suisses et internationaux autour des pratiques expressives, qui connaissent un intérêt renouvelé. Plus...

Au Mamco, Lionel Bovier mène sa révolution de velours

Inventaire En poste depuis un an, le nouveau pilote du Musée d’art moderne et contemporain de Genève opère une transition douce, mais ferme. Entretien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...