Aux Pâquis, avant ou après la nage, un bain de savoir s’impose

ExpositionJusqu’au 28 août, la Fondation Martin Bodmer présente «Histoire d’eau – Bains d’encre» sur la jetée.

Un guide des bains datant du Moyen Âge.

Un guide des bains datant du Moyen Âge. Image: Fondation Martin Bodmer

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un guide illustré des bains de Pouzzoles (Pozzuoli), près de Naples, «paraît» vers 1220, sous la plume et le pinceau de Pietro d’Eboli. Des guillemets s’imposent, car pour un manuscrit, on ne peut pas vraiment parler de parution. Chacun des vingt-cinq exemplaires connus de cet ouvrage est un original précieux.

Douze d’entre eux, dont celui en possession de la Fondation Martin Bodmer, sont décorés de peintures. Une fois n’est pas coutume, on peut en admirer les détails sur le mur de la jetée des Pâquis. Il s’agit de l’un des 17 panneaux de l’exposition «Histoires d’eau - Bains d’encre», inaugurée le 28 juin dernier. Elle est organisée conjointement par les Bains des Pâquis et la Fondation Martin Bodmer, qui n’en sont pas à leur première collaboration. Il y a deux ans, sur le même béton, on avait pu voir «Sur les traces des Conquistadors».

Les documents choisis cette fois-ci par Nicolas Ducimetière, vice-directeur de la Fondation Martin Bodmer, couvrent plusieurs siècles et concernent, on l’aura compris, la baignade telle qu’elle apparaît dans les collections de la prestigieuse institution colognote. Les reproductions voisinent avec un texte pas trop long et toujours intéressant.

Des pages consacrées aux bains romains par le grand Vitruve, dans une traduction française du XVIIe siècle, précèdent une édition plus ancienne du même «De architectura» ouverte au chapitre du célèbre «Eurêka!» d’Archimède. Plus loin, l’illustration d’un manuscrit français du XVe siècle dévoile la rencontre du fils d’Hermès et d’Aphrodite avec la naïade Salmacie, dans un lac d’où ils ressortiront fondus l’un dans l’autre. Hermaphrodite est né.

Plus tragique est l’histoire de Héro et Léandre, le premier mort noyé en tentant de rejoindre sa belle de l’autre côté du détroit des Dardanelles. Les gravures d’un volume de 1495 de ce texte du poète grec Musée montrent le pauvre Héro en plein effort. En mettant le portrait de l’amiral anglais John Jervis décoré des insignes de l’Ordre du Bain, Nicolas Ducimetière rappelle l’existence du bain purificateur réservé aux chevaliers anglais dès 1399. Après «Flaubert à la plage» et «Les baigneuses d’Auguste Renoir», il nous propose un dernier plongeon dans le «Slumberland» de Little Nemo (1906).

«Histoires d’eau – Bains d’encre» Jusqu’au 28 juillet sur la jetée des Bains des Pâquis

Créé: 18.07.2019, 16h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.