Poussin fait migrer les oiseaux sur une façade

Les fresques urbaines 2/6Dans la Cité sarde, l’artiste carougeois imagine en 2009 un envol de volatiles sur le mur borgne d’un immeuble.

Image: PH.MURI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les fresques géantes ne l’ont jamais effrayé. Auteur d’un tableau XXL dénommé «Voyez chez les voisins», peint sur le mur d’un immeuble de huit étages à la Jonction, Gérald Poussin a assisté impuissant au délabrement puis à la disparition de cette œuvre de 315 m2 inaugurée en octobre 1987. Pas dépité, l’artiste carougeois a récidivé avec succès depuis… pile à côté de chez lui. Approché par les architectes Jean Montessuit et Alain Carlier, Poussin a dessiné en 2009 un original envol de volatiles sur le mur borgne de l’immeuble où il réside et où il a son atelier. Il s’agissait d’égayer une façade bien terne, sept étages pour 350 m2, que les propriétaires d’un bâtiment en PPE construit juste en face ont sous les yeux depuis leurs fenêtres.

Plutôt que de créer une nouvelle mouture de «Voyez chez les voisins», Poussin, qui avait carte blanche, a privilégié une création inédite. «Pour trouver une idée, je suis parti en balade, comme je le fais souvent», raconte l’intéressé, qui phosphore en ce moment entre Carouge et le pied du Jura sur une future exposition à Versoix, tout à la fois rétrospective et composée de travaux récents. «J’ai pensé brusquement à un vol d’oiseaux de toutes les couleurs.» «Le mur migrateur» était né.

À partir d’un original aux encres de couleur et à l’aquarelle, proche du format A3, l’associée et compagne de Poussin, Geneviève Cuénoud, a transcrit le dessin sur un plan, avec des cotes très précises. Un menuisier a par la suite découpé dans du pavatex les chablons de toutes les figurines – oiseaux, chat, cœur, fleur – chaque pièce mesurant environ 1,80 mètre de haut.

Perchés sur un échafaudage, Poussin et Geneviève Cuénoud ont tracé les formes, mises ensuite en couleur. Au total, près de quatre mois de labeur, effectué entre le printemps et l’été. «Une fresque murale, c’est très différent d’une peinture», note encore Poussin. «Le nez sur le mur, on n’a jamais le recul nécessaire pour apprécier son travail. Mais sur mon échafaudage, j’étais comme un môme. J’ai adoré peindre cette façade. Au départ, j’avais un peu les chocottes que ça ne plaise pas.» Depuis dix ans, pas de fausse note. Poussin plaît. Et ça le ravit.

Créé: 13.08.2019, 16h22

Articles en relation

Un duo de pinceaux fait danser corps et chevelures

Les fresques urbaines 1/6 Reliés par leur tignasse, les personnages du collectif Le Crabe et la Mécano s’égayent en noir et blanc à la rue Jean-Gutenberg. Plus...

Espèce imaginaire

Multicolores, les quelque trente piafs peints sur «Le mur migrateur» sortent tout droit de l’esprit fertile de Poussin. «Une espèce totalement imaginaire, «poussinesque». Dans mes dessins, je ne cherche pas la réalité.» Avec les insectes, les oiseaux fascinent l’auteur de «Buddy et Flappo». «J’adore leur chant, leurs mouvements dans les airs.»

Signature commune

«J’avais envie de placer un chat dans mon dessin. C’est un animal que j’aime aussi beaucoup», raconte Poussin. Pelage bleu, truffe rouge, l’improbable félin de poche (près de deux mètres de haut tout de même sur le mur) prend place à côté d’une signature commune: G + G, comme Geneviève et Gérald Poussin.

Peinture résistante

Plus de 200 kilos d’une peinture très résistante aux intempéries, au soleil ou au gel ont été utilisés, rien que pour l’enduit bleu clair symbolisant le ciel. Les personnages, eux, ont été réalisés avec des pinceaux standards et des petits rouleaux pour les surfaces de couleur. Inaugurée en 2009, la fresque a peu souffert
du passage du temps.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...