Plongée dans un univers foisonnant et multicolore

ExpositionLa Bibliothèque musicale présente le travail minutieux de Karel Desclouds, un jeune artiste qui joue avec les formes

Pour son exposition à la Bibliothèque musicale, Karel Desclouds a consulté une encyclopédie d’instruments de musique.

Pour son exposition à la Bibliothèque musicale, Karel Desclouds a consulté une encyclopédie d’instruments de musique. Image: Karel Desclouds

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des fleurs qui dansent, un poisson souffrant de jaunisse, une souris menacée par un serpent… Les œuvres de Karel Desclouds, exposées en ce moment à la Bibliothèque musicale, fourmillent de détails. Au premier coup d’œil, on est frappé par l’intensité et la profusion des coloris. Puis, on entre peu à peu dans le foisonnement des formes.

Les ronds et les ovales, en particulier, envahissent ces dessins. Pour Karel Desclouds, il s’agit d’yeux: «Tout le monde regarde tout le monde». Pourquoi des yeux? «Mon père et ma mère sont psychiatres», répond laconiquement l’artiste. Autodidacte, il a toujours aimé gribouiller. Mais le dessin a pris une importance particulière après un accident de moto où il a frôlé la mort, il y a dix ans. Et suite auquel il a dû subir une longue rééducation.

Dessin à l’instinct
Le jeune homme ne suit pas de plan établi pour exécuter ses compositions. «Je fais ça de manière très instinctive», explique-t-il. Avec un stylo-plume fin, il plante les éléments indispensables: signature surmontée d’un champignon, lune et soleil pour figurer le monde qui tourne, portion de terre avec un arbre dessus. Puis il se laisse guider par les motifs décoratifs. Intervient ensuite la mise en couleur avec l’écoline, croisement entre encre et aquarelle. «Au début, j’ai dessiné au feutre, mais il n’y avait pas assez de choix de teintes», raconte-t-il. Chaque œuvre lui prend environ un mois et demi de travail.

Malgré une tendance abstraite, le Genevois reste attaché à la figuration. Il aime représenter des plantes et des animaux. «En ville, il y a de la pollution et du bruit partout», déplore-t-il. Mais pour cette exposition, il s’est mis à figurer des instruments de musique.

Pratiquant la guitare au conservatoire depuis l’âge de huit ans, Karel Desclouds est un amoureux de musique. «J’en écoute même en dormant», sourit-il. Ce qui a fait de lui un grand habitué de la Bibliothèque musicale. «En découvrant ses dessins, j’ai apprécié son style foisonnant et précis en même temps, et son imaginaire très libre», réagit Tullia Guibentif, la bibliothécaire responsable. Au fil des discussions, les bibliothécaires lui ont proposé d’aborder le thème de la musique.

Des instruments asiatiques
L’artiste s’est donc mis au travail. Muni d’une encyclopédie des instruments du monde, il a exploré les pays qui l’intéressaient le plus. Notamment l’Asie, où il a beaucoup voyagé. «Ce n’était pas facile de dépeindre précisément les différents instruments!» se souvient-il.

A 35 ans, Karel Desclouds n’en est pas à sa première exposition. Et il remporte toujours beaucoup de succès. Ce qui motive encore davantage l’artiste à travailler sur ses dessins, à raison de 5 à 6 heures par jour. Y compris installé à une table de la Bibliothèque musicale, où il se tient à disposition des curieux pour leur faire visiter l’exposition. Et donner une interprétation toute personnelle de son univers étonnant.

Exposition Karel Desclouds, jusqu’au jeudi 30 avril à la Bibliothèque musicale, Maison des arts du Grütli, rue du Général-Dufour 16. Présence de l’artiste me de 14 h à 17 h et ve de 13 h à 17 h. www.kareldesclouds.com

Créé: 08.04.2015, 18h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...