Passer au contenu principal

Plongée dans les paradoxes biélorusses

Un livre du photographe genevois Nicolas Righetti dresse un portrait fascinant de l'ancienne république soviétique.

Nicolas Rigghetti

Il s’agit d’un pays «sur lequel on n’écrit pas». Ce constat, sous la plume de l’écrivain français Patrick Besson, ouvre la préface de «Biélorussie Dreamland», récemment publié par le Genevois Nicolas Righetti. Sept séjours dans cette nation méconnue lui ont inspiré le premier ouvrage photographique francophone publié sur l’État placé depuis 1994 sous l’emprise autocratique de l’indéboulonnable Alexandre Loukachenko.

En presque 100 images, l’artiste – déjà auteur de livres sur la Corée du Nord, le Turkménistan ou la Transnistrie – dresse un fascinant portrait du Bélarus, où les élans vers le global et le contemporain se télescopent, sur un mode tant loufoque que poétique, avec des traditions ancrées dans l’âme populaire. «Le décalage entre passé soviétique et ouverture sur l’Occident y est frappant», commente Nicolas Righetti qui, après y avoir voyagé en solo, a souhaité approcher les sphères du pouvoir en sollicitant une visite guidée. Chaperonné de tout près par l’inflexible Sergeï, chef de la délégation biélorusse, et de Diana, traductrice et mannequin, il a pu assister à d’abondantes célébrations et effectuer des visites soigneusement encadrées. «L’hôpital le plus moderne, la cathédrale la plus grande: tout relevait de la mise en scène, visant à me convaincre de la beauté divine du pays.»

Ce cliché étonnant où figure un individu affublé d’un masque à gaz et d’une chapka a été pris à Minsk le 3 juillet, jour de l’indépendance. «Je trouve cette image un peu folle: au cœur d’une capitale ultramoderne et en fête surgit ce jeune homme bizarrement fagoté, qui exprime pour moi le choc des cultures. Le fait que les Biélorusses jouent sur les mêmes valeurs que les Américains m’interpelle: armée, religion, grandiloquence dans les démonstrations du pouvoir sont prépondérantes, même si leurs gouvernements mènent des politiques contraires.» Le rapprochement n’en est que plus éloquent.

Biélorussie Dreamland, de Nicolas Righetti, Éd. Favre, 181 p.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.